Affaire Pilarski : ces nouveaux détails chocs peuvent nuire à l’avenir de Curtis

L’étau se resserre autour du chien du compagnon d’Elisa Pilarki, Curtis, qui aurait eu des comportements agressifs. Il aurait, 6 mois avant le drame, déjà mordu la jeune femme. Explication dans l’article.

Elisa Pilarski

Les analyses ADN prélevées sur les 62 chiens suspectés d’avoir tué Elisa Pilarski n’auraient toujours pas été envoyées au laboratoire.

À lire aussi: Affaire Elisa Pilarski : coup de théâtre concernant les analyses ADN des chiens

L’histoire débute alors qu’Elisa Pilarski promène ses chiens (dont Curtis) dans la forêt de Retz. Selon La Dépêche, quelques instants avant son décès, elle aurait envoyé un texto à son compagnon pour lui signaler la présence de nombreux chiens inquiétants dans les alentours. Son compagnon prend alors la route et retrouve sa compagne dévorée. Il appelle directement la police. Plusieurs chiens sont en cause dans cette affaire : les chiens de son compagnon dont Curtis et les chiens de la chasse à courre, présents sur le lieu le jour du drame. L’affaire est en cours et des éléments nouveaux compromettent l’innocence de Curtis, une innocence pourtant clamée, haut et fort, par Christophe Ellul: « si Curtis était méchant ça se serait passé avant. Et je sais que Curtis est innocent »

6 mois avant le drame, Elisa Pilarski aurait été mordue par Curtis

Selon des informations publiées par Oise Hebdo, Elisa Pilarski se serait rendue aux urgences avec la main ensanglantée à cause d’une morsure, le 14 mai 2019. La jeune femme aurait d’ailleurs confié à sa mère après l’accident: « c‘est Curtis, il ne m’a pas loupée » .

Bien que les médecins attestent que la blessure ne peut pas être celle d’un chat, « vu l’écartement des deux plaies » , Christophe Ellul réfute totalement ces attestations. Pour appuyer ses propos, il a publié le certificat médical, prouvant que la blessure était causée par un chat, sur les réseaux sociaux.

De plus, des textos échangés par Christophe Ellul ce jour-ci avec son épouse (dont il n’est pas divorcé) ont été retrouvés. Ils démontrent que l’homme présentait déjà, à l’époque, l’accident comme étant la cause d’un chat: « j’ai menti, j’ai dit que le chat était vacciné. On doit appeler le centre anti-rage, l’infection est trop importante, elle doit rester trois jours à l’hôpital. » .

Cette affaire n’est pas encore démêlée… Curtis présente tout de même des tendances agressives. 

Curtis démontre déjà des tendances agressives

Plusieurs faits prouvent l’agressivité du chien de Christophe Ellul, le compagnon de la victime. En effet, le soir de la mort d’Elisa Pilarski, le chien aurait mordu son maître alors qu’il croisait un autre chien à la gendarmerie.

Puis, placé en statut de « saisie conservatoire » dans un refuge à Beauvais, Curtis s’en est ensuite pris à une bénévole, le jour de son arrivée. Alors qu’il était dans une salle d’examen pour un contrôle vétérinaire, il a voulu se saisir de sa laisse. La bénévole réprimande alors l’animal, qui n’a pas du tout apprécié. Il s’est alors levé et aurait plaqué la jeune femme contre le mur avec ses pattes avant. Elle se débat et se fait mordre le bras. Selon les propos recueillis par le Parisien, la jeune femme aurait déclaré: « je ne sais pas combien de temps ça a duré. La seule chose dont je me souvienne, c’est d’avoir hurlé et de m’être dit qu’il allait me tuer. La douleur était vraiment intense » .

À côté, Eric Tramson, éducateur canin, a lancé une pétition pour demander le changement du lieu de saisie de Curtis. En effet, il avance la non-adaptabilité du refuge pour le chien. Stressé par son enfermement, l’animal deviendrait de plus en plus agressif. En effet, sur la vidéo, Curtis dévore son panier. Cet acte de l’animal serait quotidien. Cette pétition est à destination de Nicole Beloubet, Ministre de la justice. À bon entendeur.

À lire aussi: Affaire Elisa Pilarski : son passage à l’hôpital quelques mois avant sa mort pour une morsure intrigue les enquêteurs 

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Salomee le 06 Mar 2020
0