École : la maîtresse envoyait des mails très coquins…

Une maîtresse d’école en Seine-Maritime vient d’être condamnée pour avoir envoyé des mails douteux aux parents des élèves à qui elle enseignait. Coupable de harcèlement sexuel, le contenu de ses mails était obscène. Retour sur cette affaire.

La maîtresse d'école envoyait des mails obscènes

>>> À lire aussi : Ces 20 répliques d’enfants à leur maîtresse sont excellentes !

Une maîtresse d’école

Alors que la rentrée approche, une maîtresse d’école en Seine-Maritime ne va pas reprendre le chemin de l’école. Âgée de 53 ans, elle s’est rendue coupable de harcèlement sexuel et doit verser 300 euros avec sursis même si elle a été relaxée pour certains chefs d’accusation. Toutefois, une procédure disciplinaire a été ouverte à son encontre et elle a l’interdiction d’exercer une activité en lien avec des mineurs pendant 3 ans.

En effet, l’institutrice est accusée d’avoir envoyé des mails obscènes aux parents d’élèves de maternelle pendant le confinement. En effet, la classe a une mascotte appelée “souricette”, mais le 14 mai, elle décide d’envoyer une image de la souris “dans une position ambigüe”, dévoile le site Actu.fr. À la fin du mail, l’institutrice indique que “ce mail est classé X et demandant aux parents s’ils apprécient cette position sexuelle”.

>>> À lire aussi : Vacances scolaires 2020/2021 : le calendrier vient de tomber !

La maîtresse d’école maternelle devant la justice

Décrite comme “douce et patiente” par les parents d’élèves, la maîtresse d’école maternelle réitère en leur envoyant une photo “de son voisin entièrement nu” avec un message indiquant “qu’elle souhaite partager son intimité”, dévoile la présidente de l’audience qui s’est tenue le 21 août. Ce n’est pas tout ! À la fin du mail, les parents d’élèves ont trouvé un lien qui mène à une vidéo de l’institutrice “en train de passer ses mains sur sa nuisette avec des bruits à caractère sexuel”.

Mais c’est avec une vidéo “montrant un enfant nu trouvant dommage de ne pas faire l’amour à l’école” que les parents alertent l’inspection académique. Elle est placée en garde à vue et reconnaît tous les faits qui lui sont reprochés. L’enquête a révélé que l’institutrice souffre d’hypomanie typique (un trouble de l’humeur) et présente de ce fait, un potentiel danger psychiatrique car son discernement est désaltéré lors des crises.

>>> À lire aussi : Après le confinement, ce garçon a tellement pris de poids qu’il n’entre plus dans son uniforme pour retourner à l’école

Publié par Justine le 27 Aug 2020
0