Attentats du 13 novembre : le procès aura lieu en 2021, près de six ans après les attaques terroristes

Près de quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015 qui ont coûté la vie à 131 personnes, le procès, d’une ampleur inédite, durera jusqu’à six mois et regroupera plus de 1 700 parties civiles. 

Le 13 novembre 2015, 131 personnes trouvèrent la mort au Bataclan, à la Belle Equipe, au Petit Cambodge, au Carillon, à la Bonne Bière et au Stade de France. France Inter a annoncé, via le comité de pilotage de l’affaire, que le procès aura lieu à l’horizon 2021 soit près de six ans après les attaques terroristes.

>>> À lire en plus : Deux ans après son suicide, un rescapé du Bataclan est reconnu comme la 131e victime des attentats du 13 novembre 2015

Près de 3 000 personnes assisteront au procès

Face à ce procès qui sera l’un des plus importants du siècle, l’organisation judiciaire est méthodique et stratégique. Pour accueillir les 1 700 parties civiles, les 350 avocats, les journalistes nationaux et mondiaux et le public, le comité de pilotage de l’affaire attend jusqu’à « trois milles personnes pour les journées les plus suivies » selon France Inter. 

Pour réunir ce gargantuesque nombre et pour des raisons de sécurité et symboliques, il a été décidé de choisir l’ancien palais de justice, se situant sur l’Ile de la Cité (Paris) et de construire plusieurs autres structures dont un espace dans « la salle des pas perdus, capable d’accueillir jusqu’à 600 personnes. »

Palais de justice

Avec un dossier comptant plus de « 40 000 cotes » , le procès hors norme pourra durer jusqu’à six mois. Le banc des accusés regroupera une vingtaine de personnes écrouées ou visées par des mandats d’arrêt internationaux comme Salah Abdeslam, le dernier membre vivant des commandos du 13 novembre 2015 ou encore Mohamed Abrini, le troisième homme accompagnant les deux kamikazes de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, en mars 2016.

Les procès des attaques terroristes sur le sol français commenceront à se dérouler dès septembre prochain, avec l’attentat raté à la bonbonne de gaz devant Notre-Dame de Paris, dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016.

>>> À lire en plus : Attentats du 13 novembre : les victimes et leurs proches déclarent l’État coupable

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Églantine le 05 Juil 2019
0