Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sport

« Il voulait des photos encore plus intimes » : les révélations chocs d’une grande sportive sur son ancien manager

Publié par Salomee le 26 Juin 2020 à 22:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En 2019, la cycliste Marion Sicot a été suspendue après avoir été testée positive à l’EPO de synthèse, une hormone permettant d’augmenter la performance physique, lors des championnat de France de juin 2019. Suite à ça, elle a décidé de porter plainte contre son ancien manager sportif, qui l’aurait harcelée sexuellement. Elle parle à coeur ouvert dans un entretien accordé à France Bleu Orléans. Elle assume complètement s’être dopée et accepte les sanctions. Au contraire, elle demande aux gens de comprendre son histoire et son mal être et voudrait que Marc Bracke soit puni pour ses actes ingrats. Découvrez cet entretien dans la vidéo ci-dessous : 

La suite après cette publicité

À lire aussi : Plus belle la vie : victime de viol, une téléspectatrice trouve le courage de porter plainte grâce à la série

Le dopage de Marion Sicot

La suite après cette publicité

En juin 2019, lors des championnat de France, la cycliste française Marion Sicot a été testée positive à l’EPO, une hormone souvent utilisée par les sportifs car très dopante. En plus de sa suspension par l’académie d’Orléans-Tours, elle a également perdu son poste dans l’éducation nationale comme responsable de la section cyclisme dans l’Indre. C’est la dégringolade pour cette sportive de haut niveau.

Dans un entretien accordé à France Bleu Orléans, la sportive se confie sur les raisons de son dopage. Elle ne remet pas en question sa responsabilité dans l’affaire mais tente d’en expliquer les raisons : « je mérite d’être suspendue et d’avoir une sanction ». En effet, la jeune femme se faisait harceler sexuellement par son manager sportif, Marc Bracke. 

Un dopage intimement lié à son harcèlement sexuel

La suite après cette publicité

Depuis novembre 2018, Marc Bracke lui demandait de lui envoyer des photos en sous-vêtements. La raison : il voulait contrôler son poids à distance. Or, dans cet entretien, la sportive affirme que Marc Bracke lui demandait fréquemment des photos encore plus dénudées. Le manager n’a pas nié les faits, arguant qu’il s’agissait d’une méthode courante, indiquait le Monde à l’époque des faits.

La situation s’envenime à partir d’un moment clé : « chaque lundi matin, je devais lui envoyer des photos de moi en sous-vêtements, devant et derrière. Ensuite, il voulait des photos encore plus intimes, en string, et c’est pour ça que ça s’est envenimé » . À ce moment précis, Marion Sicot refuse d’accéder à sa demande. Un refus qu’elle payera cher.

Suite à ça, son manager commence à se comporter désagréablement avec la sportive, avec des « paroles blessantes » . Or, comme elle l’explique, dans le sport de haut niveau, le moral est tel, qu’être en mauvais terme avec un manager peut complètement baisser les performances et la motivation. En manque de confiance, seule et isolée face à cette situation compliquée, elle a donc cédé à la tentation du dopage, pour gagner les championnats de France.

La suite après cette publicité

À 28 ans, Marion a décidé de porter plainte contre Marc Bracke, pour qu’il soit puni et reconnu comme harceleur. Son but :  « qu’il soit écarté du monde du sport » et que cette démarche permette à « d’autres sportives à porter plainte aussi… » . Aujourd’hui, elle reprend le sport de manière intense, gagne en confiance et ose parler de cette expérience douloureuse. 

À lire aussi : La vidéo (très) gênante de Diego Maradona en train de danser… les fesses à l’air ! (vidéo)