SNCF : ces grosses primes aux cheminots non grévistes font scandale !

Grosse polémique du côté de la SNCF. Alors qu’elle connaît un mouvement de grève sans précédent, la colère des cheminots ne risque pas de s’arrêter là ! En effet, le groupe aurait décidé de verser des primes allant de 300 € à 1500 € à certains salariés comme le rapporte Le Figaro ! Et quand les uns crient au scandale, elle répond tout bonnement qu’il s’agit d’une “tentative de polémique et de politisation.”

>> À lire aussi : Gilets jaunes acte 53 : le témoignage glaçant d’un journaliste défiguré (vidéo)

La SNCF verse des primes aux non grévistes

La colère entre les syndicalistes et la SNCF ne risque pas de s’atténuer. Bien au contraire, ce jeudi 30 janvier, ils publient un post polémique sur le réseau Twitter. À l’intérieur, on découvre une lettre qui stipule qu’une prime de 500 € sera versée à un salarié en remerciement de bons et loyaux services pendant les périodes de grève sur le Technicentre SNCF Paris Rive Gauche de Trappes

Visiblement, ce ne serait pas le seul ! En effet, le groupe aurait distribué des primes allant de 300 € à 1500 € pour tous les cheminots qui n’auraient pas fait grève. « Ça a fuité mais on sait que ça a été fait partout et que c’est une directive nationale», explique le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris-Gare de Lyon. Et il poursuit : «On trouve ça scandaleux et révoltant. C’est pire que du mépris. Ça dresse les gens les uns contre les autres», estime le syndicaliste. «Certains vont se dire : ‘je me suis battu, mon salaire est à 0 et d’autres vont avoir des primes’.»

>> À lire aussi : CHOC : Un gilet jaune pacifiste reçoit une grenade à pleine vitesse dans l’oeil pendant l’acte 53 (vidéo)

Une tentative de “polémique et de politisation”

Du côté de la SNCF, les choses se veulent transparentes. En effet, elle «confirme et assume l’attribution par des managers locaux de primes exceptionnelles à certains agents qui se sont mobilisés de façon exceptionnelle et sur une période particulièrement longue pour assurer la continuité du service public pendant la grève qui a débuté le 5 décembre 2019».

Par ailleurs, le groupe ajoute que : «L’engagement et le surcroît d’activité de ces agents non-grévistes ont permis aux trains de circuler y compris les week-ends et pendant les fêtes, aux postes d’aiguillage d’être tenus, et aux voyageurs d’être correctement informés pendant toute la période. La tentative de polémique et de politisation de ces mesures managériales classiques récompensant du travail supplémentaire et de l’engagement pour le service, est tout à fait déplacée.»

>> À lire aussi : Cette interview d’un gilet jaune fait des millions de vues sur la toile et si vous la regardez jusqu’au bout vous comprendrez pourquoi

Vers une procédure judiciaire

Face à ces circonstances, plusieurs syndicats ont décidé d’engager des procédures judiciaires contre la SNCF. «Dans la bataille contre la réforme des retraites, le patronat met les moyens des entreprises au service de la politique du gouvernement. Et après, c’est nous qu’on traite de partisans !!! La CGT-Cheminots va engager des procédures !» explique Laurent Brun.

Quant à SUD-rail, la direction parle d’une “pratique illégale et discriminatoire” et “ne s’interdit pas de saisir la justice.” En effet, ils expliquent être au courant «d’autres procédés pour gratifier les non-grévistes, comme une soirée organisée dans un grand hôtel» sur la Ville de Paris. Quant à l’avocat spécialiste en droit du travail, Monsieur Éric Rocheblave, il explique que «la Cour de cassation a déjà jugé qu’“est discriminatoire l’attribution par l’employeur d’une prime aux salariés selon qu’ils ont participé ou non à un mouvement de grève.”

ce conducteur de train a oublié de s'arrêter à un arrêt

Publié par Claire le 31 Jan 2020
0