Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Une arrière-grand-mère de 92 ans vit emprisonnée dans une cage pendant des années…

Publié par Nicolas F le 16 Jan 2017 à 10:21
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La suite après cette publicité

 

Ces images d’une cruauté sans nom viennent de parvenir de Chine. Un cas extrême de maltraitance envers une personne âgée a été rapporté. Une arrière-grand-mère de 92 est restée enfermée pendant des années, dans une cage de 10m2. Une vidéo terrifiante d’une femme enfermée dans un espace qui ressemble à une cave, derrière des barreaux, a fait son apparition sur Internet. La vieille dame est extrêmement maigre et fait des signes aux auteurs de la vidéo. Après avoir repéré le lieu du crime, la police locale, du comté de Fengshan, dans la province de Guangxi a envoyé une patrouille d’intervention.

 

La suite après cette publicité

L’arrière-grand-mère chinoise était enfermée derrière des barreaux depuis des années

 

Lorsque la police est arrivée, elle a trouvé l’arrière-grand-mère légèrement vêtue et affamée. Elle était quasiment privée de nourriture et vivait emprisonnée dans cet espace exigu, fermés par des barreaux. Elle avait droit à une planche en bois en guise de lit et une couverture pour la réchauffer. C’est son propre fils et sa belle-fille qui lui infligeaient ce mode de vie inhumain.

La suite après cette publicité
Une vieille dame chinoise est enfermée dans une cage

DailyMail.co.uk

La police a obligé la famille à la réaccompagner dans le salon et à lui fournir des vêtements décents. En présence de la police et d’une assistante sociale, elle a pu prendre un bain chaud et retrouver ses vêtements. Après avoir été examinée par l’assistance médicale, il a été jugé préférable de l’emmener à l’hôpital. Quant à son fils et à sa femme, ils ont été interrogés par la police, mais leur comportement dérangé n’a pas permis de boucler correctement l’enquête. En espérant que la vieille dame ne soit pas obligée de retourner vivre sous le même toit que ses bourreaux.