Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Collège Boy d’Indochine : le clip choc.

Publié par Anissa Duport-Levanti le 03 Mai 2013 à 11:15
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le nouveau clip d’Indochine illustrant la chanson College Boy (de l’album Black City Parade) fait le buzz depuis sa sortie hier sur le site du parisien.fr.

Réalisé par le petit prodige du cinéma français Xavier Dolan (Les amours imaginaires), College Boy est une perle du genre, ultraviolent, qui nous fout un élétrochoc et nous laisse au bord de la crise cardiaque, les yeux noyés. Ça rappelle les scènes noires d’Orange Mécanique. Mais quoi de plus normal pour un clip dénonçant la violence à l’école, la prolifération des armes et plus généralement l’intolérance poussée à l’extrême dans une société qui a justement tout du chef-d’oeuvre de Stanley Kubrick ?

Ces images sont salvatrices face à une tendance inquiétante de banalisation de la violence à tous les niveaux. La mise en scène passe de l’intolérance, à la haine, la souffrance, l’acharnement, et fini par la mort ritualisée d’une victime qui remercie ses bourreaux d’enfin en finir avec elle. Le tout en face d’une foule aveugle et fermée à la révolte devant cette situation pourtant insupportable, mais qui filme la scène, avide de sang, en bon bétail de la société du spectacle.

Ce clip est un appel à l’action, à la dénonciation. Ne plus fermer les yeux, en finir avec la loi du silence, pour éviter que le nombre incroyablement haut de suicides d’adolescents dûs à la violence à l’école (qui passe désormais par Facebook et Twitter), à la violence morale, et à la violence sociale en général, finisse enfin par diminuer.

source : ouest france

source : Ouest France

Indochine rappelle encore une fois son engagement auprès de grandes causes et sa détermination à utiliser la musique pour créer une émotion qui nous touche tous et nous pousse à nous mobiliser. Il n’est pas de polémique possible là où la réalité est aussi cruelle que la fiction. Certes, personne ne dresse encore de croix, mais les enfants victimes de violence n’ont besoin d’aucune aide pour monter sur l’échafauds.

Censuré par le CSA, le clip devrait finalement être autorisé avec une limite d’âge de 16 ou 18 ans. Sur le site du groupe, avant les liens donnant accès au clip intégral, Nicola Sirkis lui-même met en garde les parents : « Ce clip est fort mais violent et en tant que parent moi-même je ne pourrais le faire visionner à des enfants jeunes et sensibles.« 

Nicolas Sirkis

C’est d’ailleurs aux parents qu’il convient d’agir avant toute autre personne. La violence, même virtuelle, même dans des jeux vidéos, doit être condamnée. On doit apprendre aux enfants à agir contre elle. Si votre fils ou votre fille subissait ce genre de violence sans en parler, ne souhaiteriez vous pas qu’un de ses camarades s’interpose et dénonce ces actions ? Ou ne seriez pas fier que l’enfant qui défend ses amis contre cette violence soit le vôtre ? Alors il ne tient qu’à vous de l’éduquer dans cette voie.

Clip College Boy non censuré.

source : Facebook Indochine officiel

source : Facebook Indochine officiel

0