Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Coronavirus : Ouvrir les portes ou pousser son caddie sans les mains ? Ce crochet « anti Covid » cartonne !

Publié par Jessy le 03 Mai 2020 à 16:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Avec le déconfinement qui approche, il faut trouver des solutions pour toucher au minimum les objets dans les espaces publics. Un caddie, une boîte de conserve, un légume… Mais aussi notre porte, les touches du distributeur automatique… Pour vous aider un peu, Yannick Silva a inventé « Yanook » , le crochet qui vous permet d’ouvrir votre porte sans les mains, et de pousser votre caddie sans aucun contact avec vos douces et fragiles petites mains !

>> À lire aussi : Découvrez Confin’Anim, le premier club de vacances pour les confinés !

Yanook , le crochet qui fait barrière à la propagation du virus !

Il pèse 19 grammes, mesures 8 centimètres, et pourrait vous rendre la vie plus paisible. En vue du déconfinement, et de l’inquiétude de la population française et étrangère, Yannick Silva, ingénieur à Pau, décide de mettre en place un crochet qui évite les contacts avec les objets du quotidien. Après 20 prototypes différents, Yanook vous permet d’ouvrir votre porte, pousser votre caddie, appuyer sur les boutons d’ascenseur ou de taper votre code bancaire, sans même utiliser vos mains et vos doigts.

« Le risque de transporter le virus avec la main est plus grand qu’avec le crochet car, pour la première, la surface de contact est de plusieurs centimètres carrés contre seulement quelques millimètres pour le second » explique Yannick Silave, l’inventeur du crochet.

>> À lire aussi : Déconfinement : La première carte de France des départements rouges et verts dévoilée par Jérôme Salomon

Un succès dans le monde entier !

Vendu 8 euros l’unité, le crochet « Yanook » pourrait donc vous permettre de vivre plus sereinement. À chaque crochet vendu, 1 euro sera d’ailleurs reversé à la Fondation de France ou aux Hôpitaux de Paris, comme le rapporte Le Parisien. Attention, le crochet sera sûrement en contact, à un moment ou un autre, en contact avec le virus. Et même s’il vous protège, le concepteur conseil vivement de le nettoyer régulièrement.

Le crochet est fabriqué et envoyé par des entreprises locales, et a même du succès à l’étranger. Les pays comme le Canada, l’Espagne, la Suisse ou encore le Brésil s’arrachent le produit. Un bon point pour l’économie locale, puisque depuis une semaine, 1 million de crochets ont été commandés par jour, comme l’indique Le Parisien.

>> À lire aussi : Déconfinement : l’État vous offre 50€ pour vous inciter à utiliser ce mode de déplacement !

Source : Le Parisien