Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Se toucher le visage en public peut-il valoir une amende ? Ce décret inquiète beaucoup !

Publié par Justine le 12 Mai 2020 à 10:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le juriste Nicolas Hervieu commente le décret qui a été publié ce lundi 11 mai au Journal Officiel. Ce dernier concerne l’épidémie de Coronavirus et la manière dont nous devons y faire face pendant le déconfinement. Pour lui, il y a un point essentiel dont les Français n’ont pas conscience.

Coronavirus et gestes barrières

>>> À lire aussi : Quiz : êtes-vous vraiment prêt(e)s pour le déconfinement ?

Les gestes barrières face au Coronavirus

Depuis le début de l’épidémie de Coronavirus, c’est la première fois qu’un texte publié au Journal Officiel évoque les gestes barrières. En effet, ce nouveau décret résume « les mesures générales pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état de l’urgence sanitaire », relate le Huffington Post. Ainsi, on trouve l’importance de la distanciation sociale, le fait de « tousser et d’éternuer dans son coude », de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon et jeter son mouchoir à usage unique à la poubelle.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Le juriste Nicolas Hervieu a minutieusement étudié ce texte avant de pointer les failles du doigt. Le non-respect de ces gestes barrières n’a pas été sanctionné jusqu’à maintenant, mais le fait d’avoir écrit ces règles d’hygiène, noir sur blanc change la donne.

>>> À lire aussi : Alcool et tabac : le Perthus pris d’assaut au premier jour du déconfinement !

Un nouveau décret sur le Coronavirus

Dans un premier temps, pour le juriste, « ils ont oublié le régime général qui attache une sanction à toute violation d’un décret ». En effet, la loi Française exige que la violation des interdictions présentes dans un décret, équivaut à une contravention de première classe de 38 €. Ce que les Français ne savent pas jusqu’alors, c’est que désormais, si un maire ou les forces de l’ordre souhaitent être tatillons, ils peuvent sanctionner un individu qui en respecte pas les gestes barrières, et ce, en toute légalité.

Toutefois, en regardant le décret de plus près, le juriste a nuancé ses propos. « En réalité, tout n’est pas formulé sur un ton impératif dans le décret. Pour moi, le fait de se toucher le visage ne sera pas sanctionné, ça relève de l’anecdote car la formulation ‘éviter de se toucher le visage’ est une recommandation » .  Toutefois, il critique l’imprécision des règles du gouvernement : « Créer des règles imprécises, c’est conduire à l’arbitraire et à des contraventions qui, en pratique, ne seront pas sanctionnées pour des dizaines de milliers de gens  » .

>>> À lire aussi : Coronavirus : un nouveau cas recensé à Wuhan, une première depuis plus d’un mois

Sources : 20 minutes, Huffington Post