Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Pass sanitaire : Emmanuel Macron répond cash à ceux qui parlent de dictature !

Publié par Justine le 16 Juil 2021 à 11:58
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En déplacement sur le Tour de France, Emmanuel Macron a été confronté à des journalistes pour la première fois depuis son allocution de lundi. Le Président en a profité pour remettre en place ceux qui parlent de « dictature ».

Emmanuel Macron affirme que la France n'est pas une dictature

@emmanuelmacron / Instagram

>>> À lire aussi : « Il n’a le droit que de fermer sa gueule ? »: du côté d’Emmanuel Macron, ça barde !

Emmanuel Macron met les choses au clair

Emmanuel Macron est très remonté ce jeudi 15 juillet. Alors en déplacement sur le Tour de France, le chef de l’État a fait une mise au point sur les décisions annoncées durant son allocution de lundi. En effet, après avoir imposé la vaccination obligatoire pour certains et l’extension du pass sanitaire, les antivax ont pris les réseaux sociaux et les rues d’assaut pour dénoncer la mise en place d’une dictature. Les mots ont souvent été d’une violence extrême comparant l’extension du pass sanitaire à la Shoah.

Le Président dénonce ainsi le « cynisme politique » employé par ces personnes qui « utilisent la peur de certains ou la confusion qui peut naître sur certains sujets, les fausses informations qui sont véhiculées, pour en faire un projet politique » et font alors « courir des risques au pays », relate le Huffington Post.

>>> À lire aussi : Pass sanitaire : Quels sont les nouveaux lieux où il vous sera demandé ?

La dictature expliquée par Emmanuel Macron

Mais c’est surtout sur le mot « dictature » qu’il s’arrête : « il y a des débats sur tous les sujets, on en vit en permanence mais si on vide les mots de leur sens, le risque qu’on court c’est de menacer notre démocratie elle-même ».

En effet, « C’est pas un endroit où toutes vos libertés sont maintenues, où on a maintenu tout le cycle électoral, (…), où vous pouvez exercer de vos droits, où on rembourse tous vos tests, où le vaccin est gratuit, (…) ça s’appelle pas une dictature, je pense que les mots ont un sens« .

Une chose est sûre, que ce soit au sein des Français ou du gouvernement, ces décisions pour lutter contre le Covid-19 ne font pas l’unanimité. Jeudi, Gérard Larcher, le président du Sénat a approuvé cette extension précisant toutefois qu’elle est « restrictive des libertés ».

>>> À lire aussi : Magali Berdah appelle les gens à se faire vacciner contre le Covid-19 : elle se fait clasher !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail