Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Ici on se moque des gros » : la honte des groupes Facebook grossophobes

Publié par Charlène Deveaux le 01 Jan 2022 à 9:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le terme grossophobe fait son entrée dans le dictionnaire français en 2019. Un mot qui désigne l’ensemble des attitudes et des comportements hostiles qui stigmatisent et discriminent les personnes en surpoids ou obèses. Plus vulgairement, la haine des gros. Et cette haine est particulièrement présente sur les réseaux sociaux.

Depuis quelques temps, on retrouve désormais des groupes Facebook privés basés sur ce type body shaming. Moqueries, insultes, photo montages… Tout est prétexte à humilier. Un phénomène qui ne désemplit pas, même à l’approche de 2022.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

>>> À lire aussi : À cause de son physique, cette femme de 51 ans n’a plus d’amis (vidéo)

Des groupes Facebook contre les gros

C’est l’influenceur ______shams qui a partagé les stories sur son Instagram. Le jeune homme a mené un long combat contre l’obésité et, avec aujourd’hui plus de 108 kg de perdu, il affiche fièrement et sans tabous les étapes de sa reconstruction physique et mentale. Mercredi 23 décembre, Hicham partageait avec effroi des captures d’écran d’un groupe Facebook privé. Des screens sur lesquels on pouvait voir des propos et des photos à caractères injurieux et grossophobes.

screen 1 grossophobie screen 2 grossophobie
screen 3 grossophobie

L’homme a signalé le compte qui s’est fait supprimer dans les heures qui ont suivies (edit : le compte semble malheureusement toujours actif). Malheureusement, des groupes comme celui-ci, il en existe encore beaucoup. Cette haine des gros est littéralement présente partout. Sur les réseaux sociaux certes, mais également dans la vie de tous les jours. Quand on sait qu’en France, une personne sur six est obèse, il devient difficile de comprendre pourquoi rien n’est adapté aux personnes en  surpoids. Les places de métro, dans l’avion, dans le bus, au cinéma… Tout cela ajouté aux multiples clichés associés aux gros « T’a qu’à faire un régime« , « T’es faignant.e« , « C’est toi qui l’a voulu ». En France, on n’a pas le droit d’être gros, et si on l’est, on subit, tout le temps.

Des stars prennent la parole sur le body shaming

De plus en plus de personnalités publiques prennent la parole au sujet de body shaming dont elles ont été victimes. Par exemple, la chanteuse Adèle a récemment perdu du poids. Une transformation qui a suscité une grande surprise chez le public. Plusieurs fois invitée sur des plateaux télés pour s’exprimer à ce sujet, elle a confié « Mon corps est traité comme un objet depuis le début de ma carrière ». L’artiste a également admis que certain.es de ses fans l’avaient blamé d’avoir maigri  « Ce n’est pas à moi de valider le ressenti que les gens ont envers leur corps ».

Rebel Wilson est un autre exemple de ce phénomène. L’actrice américaine, connue et appréciée pour ses rondeurs et ses rôles à caractère comique s’est également considérablement amincie. En effet, elle aurait perdu plus de 50 kg en un an edemi. Avant sa transformation, lorsqu’on lui évoquait les propos injurieux dont elle a plusieurs fois fait l’objet sur les réseaux sociaux, l’actrice avait répondu  « Je ne me préoccupe pas de mon apparence, et je pense que les femmes devraient être fières de leur corps. Elles ne devraient pas essayer d’entrer dans des cases stéréotypées. Soyez simplement heureuses et, je l’espère, en bonne santé. » Une jolie conclusion qui ferme (en douceur) le clapet des grossophobes.

>>> À lire aussi : Vol de colis : le drame avant Noël… la boite aux lettres est vide !

0