Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

L’Assemblée Nationale adopte la PMA pour toutes

Publié par Elodie GD le 30 Juil 2020 à 15:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La loi est passée: toutes les femmes pourront désormais bénéficier de la PMA remboursée par la Sécu. Les députés ont validé l’article 1 du projet de loi bioéthique  par 66 voix contre 27 et 3 abstentions.

La suite après cette publicité
PMA pour toutes

A lire aussi: Loi Bioéthique : le Sénat plutôt ouvert à la PMA pour toutes, alors que les manifestations persistent !

La PMA désormais accessible à toutes les femmes

La suite après cette vidéo

Depuis mardi soir les députés mènent un débat passionné concernant la PMA. Et finalement, mercredi 29 juillet dans la soirée, des applaudissements nourris retentissent dans le bâtiment mythique. L’article 1 de la loi bioéthique a été adopté en deuxième relecture, malgré les vives oppositions de la droite. Auparavant la PMA, qui permet de concevoir un enfant au moyen de différentes techniques médicales, n’était autorisée que pour les couples hétérosexuels. Cependant, lors de sa campagne pour les présidentielles, Emmanuel Macron avait provoqué une vive émotion. En effet, il souhaitait que la PMA s’étende aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Il voulait également que le processus soit remboursé par la Sécurité Sociale.

La suite après cette publicité

C’est d’ailleurs une version quasiment identique à celle de la première relecture qui a été adoptée par l’Assemblée Nationale, petite victoire pour le gouvernement. Malgré l’adoption de l’article phare de la loi bioéthique, deux autres amendements ont été révoqués.

Certaines motions mises de côté

Ainsi l’Assemblée Nationale a rejeté l’appariement (technique visant à rechercher un donneur aux caractéristiques proches du ou des parents). Cette pratique, bien que largement répandue, a été jugée contraire « l’esprit » du texte, comme le rapporte Têtu. Afin de justifier leur décision, les députés de LR ont dénoncé « la création d’orphelins de père » et le risque de « marchandisation de la procréation ». Ils ont également réussi à faire voter une un amendement précisant que les membres du couple doivent être « deux » afin d’éviter que les « couples à trois » accèdent à la PMA.

La suite après cette publicité

Il en est de même pour PMA post mortem qui a elle aussi été rejetée par l’Assemblée. Certains députés défendaient une PMA post mortem qui se limiterait aux embryons déjà conçus. Mais cette motion n’a pas plu aux autres qui l’ont massivement rejetée. Les premiers ont estimé qu’il était « paradoxal » d’autoriser à une femme seule d’avoir recours à la PMA mais de ne pas en autoriser une autre à poursuivre le processus après le décès du/de la conjoint(e). Pour sa part, Frédéric Vidal a un avis radicalement différent: « Le décès d’un membre du couple détruit le projet tel qu’il a été imaginé et pensé » a-t-il affirmé.

Face à l’adoption de cette nouvelle loi, le parti majoritaire LREM affiche de nouvelles divisions au sein d’une majorité déjà jugée fragile.

A lire aussi: « PMA sans père, en avant les histoires » : quand la manif pour tous reprend le slogan de Playmobil et s’attire les foudres !

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.