Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

L’avocat aurait filmé sous les jupes de ses stagiaires…

Publié par Tom le 05 Juin 2020 à 16:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Cette pratique a un nom. Cela s’appelle de l’upskirting. Pénalement, c’est devenu un délit depuis seulement 2018. « La captation d’images impudiques » est punie de 15 000 euros d’amendes et un an de prison. Cet avocat parisien de 58 ans sera jugé en septembre prochain.

Publicité

A lire aussi : Une ancienne candidate de téléréalité prête à dévoiler ses photos sexys pour la bonne cause! (VIDEO)

Un avocat parisien jugé pour filmer sous les jupes de ses anciennes stagiaires

Selon les informations de nos confrères de RTL, un avocat parisien âgé de 58 ans est soupçonné de filmer sous les jupes de ses stagiaires. On compte un total de 6 victimes entre 2013 et 2019. Six victimes âgées quant à elle d’une vingtaine d’années.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

Un mode opératoire bien rodé

Toujours le même mode opératoire. L’homme de loi fait venir les jeunes filles dans son bureau pour un rendez-vous en tête à tête. Ensuite, il fait mine de leur montrer quelque chose sur son ordinateur. Pendant que celles-ci sont occupées, il en profite pour abuser d’elles.

A lire aussi : Une star du porno arrêtée après la mort d’un homme empoisonné par du venin de crapaud !

Publicité

Les six victimes interrogées

C’est en août 2019 qu’une de ses anciennes stagiaires a porté plainte. La Brigade de répression de délinquance sur la personne (BRDP) a ensuite pu remonter aux cinq autres victimes, afin de les interroger. Une photo compromettante a également été trouvée dans le téléphone de l’avocat par l’informaticien du cabinet.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Le procès de cet homme de 58 ans pour « voyeurisme par personne abusant de l’autorité »se tiendra en septembre prochain. En théorie, il peut risquer jusqu’à 15 000 euros d’amende et un an d’emprisonnement.

Publicité

A lire aussi : « I was 6, c’était mon père, I was 8, c’était le fils de ma belle-mère. I was 12, c’était le mari de ma sœur » : Quand les victimes de viols et d’attouchements sexuels prennent la parole sur Twitter