Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Un missile qui n’a pas explosé est extrait d’un immeuble : les images sont impressionnantes (vidéo)

Publié par Romane TARDY le 15 Mar 2022 à 12:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La guerre continue de battre son plein en Ukraine : des villes sont bombardées par des frappes aériennes. Toutefois, des petits miracles se produisent. Ce dimanche, par exemple, un missile n’a pas explosé et a même pu être extrait d’un immeuble d’habitation. Découvrez les impressionnantes images de cette scène dans la vidéo ci-dessous.

>>> A lire aussi : « Ne croyez pas la propagande. On vous ment » : Une jeune femme interrompt le journal russe avec une pancarte anti-guerre (vidéo)

Un missile qui n’a pas explosé

Frappes aériennes, combats, missiles, le chaos règne en Ukraine et ce climat de guerre bouleverse le monde entier. De nombreuses villes ne sont pas épargnées par les bombardements et les victimes civiles se multiplient.

A Tchernihiv, un miracle s’est produit ce dimanche 13 mars. Une explosion a été évitée dans un bâtiment résidentiel dans cette ville du Nord du pays. Dès qu’ils ont pu, les services d’urgence se sont rendus sur place et ont pu retirer la bombe intacte.

Malgré cette intervention, le bâtiment a subi de nombreux dégâts et malheureusement une personne au moins a perdu la vie lors de l’impact. Une autre serait blessée. Sur les impressionnantes images ci-dessus, on peut voir une grue retirer l’énorme missile du bâtiment à la façade complètement détruite. Avec minutie, la bombe a ensuite été placée dans un camion.

Tchernihiv, une ville martyre

Cette ville connait une période très difficile : elle n’a pas tenu une semaine face à l’envahisseur russe. Les forces de Vladimir Poutine ont été sans pitié en montrant qu’ils voulaient « écraser » la ville. Les frappes aériennes se multiplient et des dizaines de personnes ont été tuées en l’espace de quelques jours.

Le gouverneur de Tchernihiv se refuse à quitter la ville. Il ne souhaite pas organiser un convoi de bus pour évacuer. Viacheslav Chaus craint surtout les représailles : « Il y a de grandes probabilités que ce convoi soit attaqué par l’ennemi, et je ne veux pas envoyer les habitants de Tchernihiv à une mort certaine » , a-t-il affirmé à CNews.

Les soldats sont devenus invisibles dans cette ville d’environ 300 000 habitants et seuls les civils ayant rejoint la Défense territoriale viennent en aide aux plus fragiles. C’est devenu une ville martyre. Le 3 mars déjà, 8 bombes sont tombées sur une petite place et auraient tué 47 civils. Amnesty International a dénoncé « un crime de guerre » . Selon l’ONG, « la majorité des victimes faisaient la queue pour acheter de la nourriture au moment de l’attaque aérienne » .

>>> A lire aussi : Drame : un journaliste tué en Ukraine, ce que l’on sait

0