Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

La première pilule qui soigne la Covid voit désormais le jour

Publié par Céline le 04 Oct 2021 à 8:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La société américaine Merck’s&Co a récemment diffusé les premiers résultats de son essai clinique sur une simple gélule capable de soigner la Covid : le Molnupiravir. Cet antiviral administrable par voie orale semblerait considérablement réduire le risque d’hospitalisation.

Le molnupiravir : la première pilule qui soigne la Covid voit désormais le jour

Image MERCK COVID

>>> À lire aussi : Covid-19 : prendre ce type de traitement est dangereux ! Les autorités tirent la sonnette d’alarme ! 

Le molnupiravir : la première pilule qui soigne la Covid voit désormais le jour

Dans la course actuelle aux traitements antiviraux à prendre par voie orale pour traiter efficacement la Covid-19, le laboratoire Merck espère avoir pris une certaine avance non négligeable sur ses concurrents. En effet, le 1er octobre, le laboratoire américain a dévoilé qu’il allait demander une autorisation de l’agence des médicaments américaine pour un traitement administrable par voie orale contre la Covid-19.

Selon eux, celui-ci réduirait les risques éventuels d’hospitalisation ou de décès. Si l’agence leur donne son accord, le molnupiravir sera donc le tout premier médicament de ce style mis sur le marché.

>>> À lire aussi : Covid-19 : nouvel espoir contre le virus ? Ce traitement pourrait tout changer ! 

Quels sont les effets secondaires du Molnupiravir ?

Une question reste néanmoins, bel et bien, sur toutes les lèvres ! Quels seront les effets secondaires ? Il faut savoir que le molnupiravir agit incitant le virus à faire des erreurs lorsqu’il copie son ARN. C’est ce qu’on appelle le pouvoir mutagène. Mais est-ce que cela pourrait également perturber les cellules humaines ? Le virologue Bruno Canard s’appuie sur deux analyses pour répondre à cette question. L’une publiée en 2021 et l’autre en 1980… Pour lui, il y a effectivement un risque que cette molécule ait également un pouvoir mutagène pour la cellule hôte.

>>> À lire aussi : L’ivermectine : nouveau traitement prometteur contre le Covid-19 ?

Source : FranceTVInfo
close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0