Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Quoi que vous fassiez, vos enfants verront du porno »… une ancienne star du X balance !

Publié par Charlene le 23 Fév 2018 à 11:50
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’impact majeur du X sur la jeunesse

Publicité

L’ancienne actrice de films X, Anne Carrière, plus connue à l’époque sous le pseudonyme d’Ovidie, revient sur l’impact de la pornographie sur les jeunes dans une interview faite par Le Point. Comme le souligne très justement l’actrice, de plus en plus de jeunes adolescents ont accès à la pornographie. Pour elle, le contrôle parental et les filtres partent d’une bonne intention mais sont très aisément contournables. De même que les nombreux sites de contenus pornographiques sont très facilement accessibles. Bien que ceux-ci se défendent en prétextant que le contrôle parental est suffisant. Non, ça ne l’est pas. 350 milliards de vidéos porno sont visionnées chaque année sur des sites comme YouPorn, PornHub et autres sites de streaming. Et la pratique se démocratise parmi les jeunes. On estime aujourd’hui que l’âge moyen de la découverte de la pornographie est tombé à 9 ans.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
OvidieCrédit : © JOEL SAGET / AFP

Faire appliquer la loi en matière de porno

Anne Carrière, aujourd’hui journaliste et réalisatrice, espère une réaction des politiques dans ce domaine-là en faisant simplement appliquer la loi. En effet, les programmes classés en catégorie 5, comme le contenu pornographique, sont soumis à un certain nombre de réglementations. Mais comme l’explique l’ex actrice porno, taper sur les sites de X ne suffit pas. Il convient d’en discuter avec l’enfant « plutôt que de les fliquer ou de regarder l’historique de navigation qu’ils auront de toute façon effacé » déclare-t-elle. D’après une étude de l’Ifop, plus d’un jeune sur deux a déjà visionné ce genre de contenu en 2017. Ce qui ne signifie pas pour autant que les jeunes perdront leur virginité plus tôt, mais qui a néanmoins un impact considérable sur leur vision de la sexualité. Et de conclure : « Je suis simplement en faveur d’une application froide de la loi, et contre les considérations morales ».

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Crédit photo à la une : Pixabay