Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Ecologie : la Secrétaire d’Etat flashée à 150 km/h en plein pic de pollution

Publié par Maxime le 22 Fév 2019 à 11:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est une nouvelle qui passe mal pour Emmanuelle Wargon. La Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Ecologie a commis une belle erreur, jeudi, alors qu’elle rentrait d’un déplacement à Cambrai, dans le Nord. Son véhicule officiel a été flashé, en excès de vitesse, à 150 km/h sur l’autoroute A1. En raison d’un pic de pollution dans la région, l’allure était limitée à 110 km/h. La voiture d’Emmanuelle Wargon roulait donc 40 km/h au dessus de la vitesse autorisée. Un couac qui fait tache pour la Secrétaire d’Etat chargée des questions d’Ecologie. Si elle n’était pas au volant du véhicule, la membre du gouvernement a reconnu sa faute.

Emmanuelle Wargon

 

La Secrétaire d’Etat à l’Ecologie présente ses excuses

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Interrogée par France Bleu Provence ce vendredi, Emmanuelle Wargon s’est expliquée sur cette infraction. « J’étais en tort. J’étais prise par un timing très serré. Il faut aller vite d’un endroit à un autre. Mais cela n’est pas une excuse. » Le cabinet de la Secrétaire d’Etat reconnaît avoir « été pris dans l’urgence de l’agenda » et admet qu’il s’agit « d’une erreur » pour la Voix du Nord. Son entourage précise par ailleurs que « la Secrétaire d’Etat va régler l’amende dans les meilleurs délais » . « Je la paierai bien sûr et je serai beaucoup plus vigilante. Les Français attendent de moi, de nous collectivement, un comportement plus exemplaire. » conclut Emmanuelle Wargon sur les ondes de France Bleu.

Emmanuelle Wargon

 

« Pas au courant du pic de pollution » selon le cabinet de la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie

Pour se justifier d’un tel excès de vitesse, le cabinet de la Secrétaire d’Etat a reconnu « ne pas être au courant qu’il y avait un pic de pollution » auprès de l’AFP. Un comble pour un cabinet ministériel en charge des questions écologiques. Les policiers ayant contrôlé l’infraction ont quant à eux du mal à imaginer qu’Emmanuelle Wargon n’ait pas été mis au courant de la situation. « C’était indiqué en gros sur tous les panneaux de signalisation et répété en boucle à la radio. Seuls les véhicules des forces de l’ordre et de secours ne sont pas concernés par cette mesure. »