Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

L’administration de Donald Trump autorise les chasseurs d’éléphants d’Afrique à rapporter leurs « trophées » sur le sol américain….

Publié par Charlene le 17 Nov 2017 à 17:16
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Un décret honteux et choquant

La suite après cette publicité

Un pas en avant, trois pas en arrière. Merci qui ? Non, pas Jacquie & Michel les amis… Merci à Donald Trump, ce président qui vient d’autoriser les chasseurs d’éléphants à rapporter leurs trophées sur le sol américain. Voilà des bonnes nouvelles comme on les aime ! En effet, ce décret concerne les éléphants abattus en Zambie et au Zimbabwe entre le 21 janvier 2016 et le 31 décembre 2018. Une loi que Barack Obama (we miss you) avait fait interdire en 2014. Notons également que les éléphants d’Afrique sont des espèces considérées comme vulnérables. Cela ne signifie pas qu’elles sont en voie d’extinction, c’est la catégorie juste avant. Celle qui devrait normalement faire réagir les gens. Sauf que non…

éléphants d'Afrique

Sommes-nous vraiment surpris ?

La suite après cette publicité

Cette loi a déclenché une vague de colère chez les défenseurs des animaux. Wayne Pacelle, membre de « The Humane Society of the United States » l’a en effet jugée « bouleversante ». Une nouvelle loi qui vient s’ajouter à la liste absurde de toutes celles qui ont déjà été mises en place par le gouvernement de Trump par le passé. Comme en avril 2017, lorsqu’il avait voté un décret permettant la chasse des ours et des loups en Alaska sur une zone protégée. Et ce, même durant la période d’hibernation (parce que c’est forcément plus facile de le faire comme un lâche). Le décret autorise aussi la chasse de leurs bébés, à vue, depuis un hélicoptère, ou traqués à même le terrier. Un décret très « sport », très « Trump ». Navrant, mais pas surprenant.

Crédit photo / photo à la une : Thomas Mukoya / Reuters