Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Vers une interdiction de la chasse aux trophées des animaux en voie de disparition ?

Publié par Delphine le 24 Août 2019 à 19:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dimanche 18 aout, plus de 50 députés et une cinquantaine d’organisations de défense de la nature ont appelé les parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faunes et de flores sauvages menacées d’extinction (CITES) à interdire la chasse aux trophées ciblant les animaux en voix de disparition comme les tigres ou les éléphants.

>>> A lire aussi: Les girafes sont désormais menacées d’extinction

La suite après cette publicité

La CITES, une convention qui régule le commerce des animaux

Pour rappel, la CITES est une Convention internationale qui interdit le commerce de plus de 1000 espèces végétales et animales qui sont considérées comme en voie de disparition. Ces dernières sont répertoriées dans l‘annexe 1 de la Convention.

Dans une lettre ouverte, publiée le dimanche 18 aout, les initiateurs ont fait savoir à la secrétaire générale de la CITES, Ivonne Hinguero, qu’ils déploraient que la chasse aux trophées, ayant un caractère récréatif ait échappée à cette interdiction.

La suite après cette publicité

La lettre a été rendue publique alors que se réunissaient à Genève des milliers de députés venus de 180 pays pour discuter de 56 propositions visant à modifier le degré de protection accordé aux animaux et aux plantes sauvages par la CITES.

>>> A lire aussi: La Chine réautorise le braconnage d’animaux en voie d’extinction

La chasse aux trophées toujours autorisée

La suite après cette publicité

La conférence devait se concentrer principalement sur le commerce illégal d’animaux sauvages sur Internet; cependant, le Parlement Européen et un certain nombre d’organisations environnementales ont abordé le sujet de la chasse aux trophées.

En effet ils ont voulu attirer l’attention sur le fait que l’interdiction du commerce des animaux mentionné dans la Convention ne concerne pas la chasse aux trophées. Or, cette lacune dans le document conduit à « la prospérité de l’industrie commerciale avec un chiffre d’affaires de plusieurs millions » . Elle doit donc être éliminée, affirment les militants.

La chasse sous licence gouvernementale est courante dans certaines parties de l‘Afrique. Ainsi, les touristes payent pour abattre un petit nombre d’animaux sélectionnés, ce qui rapporte de l’argent au gouvernement. Mais, alors que cette pratique est clairement controversée, de nombreux spécialistes de la faune reconnaissent que la chasse aux trophées peut contribuer à la conservation à long terme des animaux. En effet, les pays qui vendent des permis de chasse aux trophées d’espèces menacées d’extinction font généralement valoir que les recettes servent à financer des projets de conservation et de protection contre le braconnage.

La suite après cette publicité

Cependant les signataires appellent les parties de la Convention à « traiter la chasse aux trophées de la même manière que les autres formes de commerce de la vie sauvage » et à « appliquer un moratoire immédiat sur les importations de toutes espèces répertoriées dans l’annexe 1 » .

chasse aux trophées

>>> A lire aussi: Lamentable ! Des braconniers massacrent toute une famille d’ours dans sa tanière et se font prendre par la caméra de surveillance (video)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.