Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Sa copine lui dit qu’elle ne veut pas faire l’amour. Ce qu’il va alors faire est tout simplement atroce…

Publié par Elsa le 23 Oct 2021 à 10:39
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

 

Faire l’amour : un choix!

On va aborder un sujet pas drôle du tout aujourd’hui. Il s’agit du viol conjugal. Parce que le viol ce n’est pas que dans la rue ou dans une soirée. Pas que par un(e) inconnu ou un(e) proche de la famille comme on l’entend. Le viol au sein du couple ça existe. Et pour que cela cesse, il faut le nommer.

Ce court-métrage aussi poignant que dérangeant intitulé « Je suis ordinaire » a été imaginé par Chloé Fontaine. La jeune femme a été confrontée à des propos hallucinants de la part d’amies. Elle explique au Huffington Post : « Faire ce film est devenu une nécessité pour moi après avoir eu une conversation avec une amie, au sujet d’un garçon avec qui elle avait passé la nuit quelques jours auparavant. Elle m’a dit: ‘J’en avais pas envie non, mais alors pas du tout. Mais je voyais pas d’autre moyen pour qu’il me laisse tranquille alors… » Une autre amie lui fait des confidences similaires : « Et là je me suis dit qu’il y avait un problème. Réel. J’ai commencé à faire des recherches sur internet. Je suis tombée sur des témoignages poignants de jeunes (ou moins jeunes) filles qui se posaient les mêmes questions. »

Le viol conjugal : un sujet tabou

Le court-métrage réalisé par Victor Habchy met en scène un couple. L’un a envie, pas l’autre. Mais il insiste et ne tient pas compte des « non » de l’autre. Un NON est un NON. Que l’on soit en couple ou pas. Chacun dispose de son corps comme il l’entend et personne n’a de droits sur le corps de l’autre sous prétexte qu’il est en couple avec.

Bien des femmes n’osent pas s’exprimer sur le sujet. dans une société bien trop sexualisée, refuser un rapport sexuel avec son mec signifie être coincée. Mais NON. Il faut garder à l’esprit que tout le monde a droit de ne pas avoir envie. Et ce droit doit être respecté et non pas ignoré. O