Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Hallucinant : Alors qu’il violentait sa femme, il est condamné à seulement 90 jours de prison

Publié par Elisa GERLINGER le 26 Avr 2021 à 7:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un homme de 26 ans qui violentait régulièrement sa femme vient d’écoper de 90 jours de prison. Une peine qui choque.

>>> A lire aussi: Qui est vraiment Brahim Bouhlel, l’acteur de la série « Validé » qui est en prison ?

En 2019, alors qu’elle découvre que son petit-ami s’était inscrit sur un site de rencontres, celui-ci a commencé à la battre. Nicolas Lescalier l’a aussi insulté, avant de la traîner par les cheveux, lui cracher dessus et la battre. La victime a finalement porté plainte, mais l’homme de 26 ans a été condamné à seulement 90 jours de prison, avec une probation de deux ans et 150 heures de travaux communautaires.

Une peine très courte

« N’eût été le choix du ministère public de poursuivre l’accusé par voie sommaire, le tribunal n’aurait aucunement hésité à imposer à l’accusé une peine […] plus lourde que celle réclamée » , a expliqué la juge Louise Provost au palais de justice de Montréal, au Canada. Aujourd’hui la jeune femme n’est plus en relation avec son agresseur et tente de guérir de cette douloureuse expérience.

« Je me suis sentie humiliée le jour où j’ai dû recourir à l’aide de trois vendeuses d’un Sephora pour trouver les meilleurs produits afin de masquer mon visage meurtri » , a confié la victime à la cours. « Ce dossier s’apparente à de nombreux autres dossiers d’hommes violents qui imposent à leur partenaire intime […] une existence remplie d’anxiété et de douleurs physiques et psychologiques » , a expliqué la juge.

>>> A lire aussi: Un célèbre acteur Français condamné à 8 mois de prison

Une peine qui aura du être plus sévère

Louise Provost estime également que Nicolas Lescalier méritait une peine plus sévère, notamment en raison de ses excuses qu’elle ne pense pas sincères mais « plutôt en lien avec la peur des conséquences » de ses actions. Seulement, même si elle l’avait voulu, elle n’aurait pas pu lui imposer une peine plus grave. En effet, la Couronne de Montréal a choisi de porter des accusations par voie sommaire, moins graves que si elles avaient été portées au criminel. Alors même si le coupable n’a pas reçu une grande peine de prison, on espère que cela lui servira de leçons.

>>> A lire aussi: De prisonnier à directeur : L’évolution de cet homme est bluffante

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0