Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

Un alpaga estimé à 35 000 € est condamné à mort par la justice britannique

Publié par Nicolas F le 09 Déc 2019 à 5:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’alpaga Geronimo vient d’être condamné à mort suite au refus de la justice de lui venir en aide. Ce magnifique animal estimé à environ 35 000 euros va devoir être abattu pour des raisons sanitaires. Sa propriétaire, une vétérinaire anglaise va porter l’affaire jusqu’à la Cour européenne des Droits de l’homme en mai 2020.

La suite après cette publicité

> À lire aussi : Cette terrifiante maladie transforme les cerfs en zombie et pourrait infecter les Hommes

Le magnifique alpaga Geronimo a été condamné à mort

La suite après cette publicité

En 2017, Helen Macdonald est devenue propriétaire d’un alpaga, qu’elle a fait venir de Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, cet animal de 6 ans, estimé à 35 000 euros est condamné à être euthanasié. L’animal aurait été testé positif à la tuberculose bovine (TB), peu de temps après son arrivéd au Royaume-Uni. Depuis lors, Helen, vétérinaire de profession, se bat en justice pour annuler les décisions du Ministère. Pour des raisons sanitaires, les animaux contaminés par le bacille doivent être euthanasiés. Si l’alpaga est toujours vivant, c’est grâce au délai que son recours en justice lui a offert.

> À lire aussi : Cet alpaga qui crache du feu par ses narines est-il un hybride avec un dragon ? Et il n’y a pas de trucage !

Sa propriétaire prétend qu’il n’est pas atteint de la tuberculose bovine

La suite après cette publicité

Malheureusement, la semaine dernière, la Cour d’appel a refusé que le dossier de l’alpaga Geronimo soit jugé à la Haute Cour de justice. Il s’agit d’une décision révoltante pour Helen car à présent, elle n’a plus d’autres recours supérieurs au Royaume-Uni. Elle donc décidé de se tourner vers la Cour européenne des Droits de l’homme. En réalité, Helen se bat pour procéder à des nouveaux tests afin de prouver que son animal n’est pas malade. La justice lui aurait répondu que l’animal avait déjà été testé deux fois positif et qu’une nouvelle demande d’analyse ouvrirait la porte à tous ceux qui contestent comme elle les résultats et mettrait à mal tout le système mis en place.

> À lire aussi : Un beau vétérinaire chante la sérénade à ses petits patients malades, trop chou ! (vidéo)

Elle va aller jusqu’à la Cour européenne pour sauver son animal

La suite après cette publicité

Une association de protection des alpagas soutient Helen. Pour l’association, l’animal n’est pas malade, car il ne montre aucun signe clinique habituel des animaux infectés. De plus, il n’y a aucune explication valable qui permettrait de justifier le moment où l’animal aurait pu contracter l’infection. La British Alpaca Society est prête à soutenir Helen et Geronimo jusqu’au bout. Pour le moment, l’animal est maintenu en quarantaine avec 5 autres alpagas suspects.

> À lire aussi : Euthanasie : un vétérinaire au coeur brisé raconte ce que fait un animal avant de mourir

Crédits : Facebook/Geronimo

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.