Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

L’ibijau gris, cet étrange oiseau « fantôme » à la légende incroyable !

Publié par Mélanie le 17 Fév 2021 à 8:30

Vous n’avez jamais entendu parler de l’ibijau gris qui est l’un des oiseaux les plus étranges de l’Amérique du Sud. Son nom en guarani signifie « oiseau fantôme » . Découvrez la légende de ce volatile.

Ibijau gris

A lire aussi : Ce bébé goûte le chocolat et sa réaction est exceptionnelle ! (vidéo)

L’ibijau gris, autrement appelé l’oiseau fantôme

L’ibijau gris est un oiseau de grande taille qui mesure de 33 à 38 cm. Ce volatile vit dans les zones tropicales de l’Amérique Centrale et du Sud. En effet, on le retrouve du Costa Rica jusqu’au nord de l’Argentine et le nord de l’Uruguay. Cette espèce peut être aperçue dans deux phases différentes : une phase brun-gris et une phase plus brune, plus rousse.

Les deux sexes sont identiques, bien que les femelles soient légèrement plus grises que leur partenaire. Ainsi au repos, les adultes ont des parties supérieures brun-gris avec des rayures brun-noirâtres. L’arrière du cou ne porte pas de collier

La queue est brune avec de larges barres gris-brunes ou gris-blanches. Les parties inférieures sont gris-brun clair avec des stries brun foncé et d’évidentes taches brunâtres sur le centre de la gorge ainsi que sur la partie supérieure de la poitrine. Une rangée de larges taches noires traverse le bas de la zone pectorale. Le ventre et les sous-caudales sont chamoisés, souvent nuancés de fauve ou de cannelle et vermiculés ou tachés de brun. Le bec est noir, les pattes grisâtres.

Le chant de l’ibijau

Les ibijaus gris sont entendus principalement au crépuscule, à l’aube ou pendant les nuits de pleine lune. Ils sont moins vocaux pendant la saison de nidification, encore que, pendant cette période, les mâles peuvent produire une version plus simplifiée du chant quand ils se réveillent. En vol, les ibijaus gris lancent un bruit sonore qui s’apparente à un cri de reconnaissance.

Son habitat

Les ibijaus gris fréquentent principalement les forêts de plaine. On les trouve en particulier aux lisières et en bordure des zones boisées, dans les forêts et les bois clairsemés. Ils vivent également dans les savanes, dans les broussailles et les arbrisseaux, les plantations. Les ibijaus gris sont répartis à des altitudes très diverses.

L’ibajau, le roi du camouflage

Cet oiseau possède une faculté impressionnante. En effet, il arrive à se fondre dans le décor, tel un caméléon. Lorsqu’il veut se reposer ou bien surveiller les éventuels dangers de la zone, il se place au bout d’une branche ou d’une protubérance de l’arbre. Son plumage rappelle les veines du bois et sa présence passe complètement inaperçue. C’est sans doute ce qui lui vaut son surnom d’oiseau « fantôme » .

Tant qu’il se repose, son bec est tourné vers l’avant et les yeux sont clos. Mais s’il repère un danger, il va adopter une posture pour le moins étrange. Il va lever le bec vers le ciel et laisser ses yeux mi-clos afin de pouvoir surveiller le danger. Il peut se permettre de tourner très doucement la tête pour mieux observer la scène.

La légende de cet oiseau

Dans cette histoire, l’ibijau est en réalité une jeune femme transformée en oiseau comme un châtiment éternel. Deux orphelins vivaient seuls dans la montagne et le jeune homme en avait assez de l’attitude froide et distante de sa soeur. Il l’a amené dans la forêt et l’a fait monter à un arbre pour récolter le miel d’un énorme essaim qui se trouvait tout en haut.

Quand elle est arrivée à la cime, il a commencé à descendre en prenant soin de tailler les branches les plus basses. La fille, en le voyant s’éloigner et se rendant compte qu’elle resterait prisonnière des hauteurs, lui criait : « Kakuy turay,Kakuy turay » ce que signifie « Reste là  mon frère, reviens » . Peu à peu son cri se transformait en une lamentation, ses pieds en griffes et ses bras en ailes : elle a pris alors la forme de l’oiseau qu’aujourd’hui on appelle Kakuy à Santiago del Estero

Il existe d’autres versions dans les régions du Nord-Est de l’Argentine de tradition guarani. L’histoire raconte que le Urutau car c’est ainsi que l’on le nomme dans ces contrées est aussi une jeune fille transformée. Mais celle-ci est tombée amoureuse d’un fils d’une tribu ennemie. En apprenant que le mariage ne serait jamais accepté par ses parents, elle s’est enfoncé dans la jungle et était si triste qu’elle s’est transformée en oiseau. C’est pour ça que la nuit on entend encore sa plainte. Dans une autre version, la jeune fille est amoureuse du soleil et pleure son absence toutes les nuits.

A lire aussi : Découvrez ces 25 stars toujours accompagnées de leurs magnifiques animaux de compagnie !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.