Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Argent

Tickets restaurant, prestations sociales : Tout ce qui change au 1er juillet

Publié par Felix Mouraille le 30 Juin 2022 à 12:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après les changements opérés à partir du mois de mai 2022 (fin de la trêve hivernale, etc), voici ce qui change au 1er juillet prochain. Changement de nom facilité, baisse du plafond des tickets-restaurant, la fin des chaudières au fioul et au charbon… Découvrez les évolutions à venir dès demain.

gros changement pour les tickets restaurants

Le plafond des tickets-restaurant passe de 38 euros à 19 euros

Le plafond des tickets-restaurant à 38 euros et l’utilisation de ce moyen paiement le week-end et les jours fériés, c’est de l’histoire ancienne. Cette mesure avait été mise en place en juin 2020 pour aider les restaurants pendant la pandémie de Covid-19, prend fin le 30 juin.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Le ministère de l’économie annonce que le plafond des tickets-restaurant repasse à 19 euros. Cela veut dire que les utilisateurs ne pourront pas dépenser plus de 19 euros par jour. De plus, son utilisation le week-end et les jours fériés n’est plus possible.

Les démarches pour changer de nom seront facilitées

À partir du mois prochain, le Service public annonce faciliter les changements de nom de famille. Il vous suffira uniquement d’une déclaration à l’état civil pour opérer ce changement. Une personne majeure aura le choix de porter le nom de sa mère, de son père ou les deux.

Attention, cette procédure n’est possible qu’une seule fois. « Un parent pourra aussi ajouter son nom, à titre d’usage, à celui de son enfant, en informant l’autre parent. Si l’enfant a plus de 13 ans, son accord sera nécessaire » , annonce le Service Public.

Hausse de certaines prestations sociales

Les Français subissent une forte baisse du pourvoir d’achat à cause de l’inflation. À partir du 1er juillet, le gouvernement propose une hausse de 4 % d’une série de prestations sociales avec son son futur projet de loi « pouvoir d’achat » .

Cette aide concerne les pensions de retraite et d’invalidité des régimes de base, les prestations familiales, le RSA, les APL (revalorisées de 3,5 %) ainsi que l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa).

Les chaudières au fioul et au charbon ne pourront plus être remplacées

À partir du 1er juillet, si votre chaudière qui carbure au fioul ou au charbon ne fonctionne plus, elle ne pourra pas être remplacée. Le Service public avance sur son site que l’objectif est de « réduire l’émission de gaz à effet de serre » .

Mais, les ménages peuvent toujours utiliser leurs installations actuelles. Pour remplacer, vos chaudières au fioul ou au charbon le Service public annonce que « des aides financières allant jusqu’à 11 000 € sont prévues pour encourager leur remplacement » .

Le gouvernement renforce ses aides pour la rénovation énergétique

Dès le mois prochain, les Français pourront cumuler des aides sur les rénovations énergétiques. En plus, d’un éco-prêt à taux zéro (plafonné à 30 000 €), se rajoute la subvention pour le financement ainsi que les autres aides.

Cette aide ne concerne pas tout le monde. Il faut être client chez une banque ayant signé une convention avec l’État pour qu’elle donne accès ce prêt subventionné. Pour savoir si vous être éligible à cumuler tous les aides, il faut se rendre sur ce site.

Le bonus écologique continu

Les aides liées à la transition écologique sont nombreuses pour ce mois de juillet. En effet, le bonus écologique est maintenu. Les Français pourront obtenir une compensation financière de maximum 6 000 € lors de l’achat d’une voiture électrique ou hybride.

Le journal Les Échos avance que le gouvernement voulait baisser cette aide, finalement rien ne change. « L’aide devait baisser de 1 000 euros, à 5 000 euros, le 1er juillet. Finalement, il n’en sera rien » .

Les bailleurs connaissent de nouvelles obligations

Les choses changent dès demain pour les particuliers qui placent un bien en location. En effet, le Service public annonce que « en tant que bailleur non-professionnel, il faudra obligatoirement mentionner certaines informations sur votre annonce » .

Les bailleurs non-professionnels devront obligatoirement écrire sur leurs annonces de location :

  • le montant du loyer mensuel (et le cas échéant du complément de loyer)
  • le montant des charges locatives ou des charges récupérables et les modalités de règlement de ces charges
  • mentionner si le logement se trouve dans une zone soumise à l’encadrement des loyers
  • indiquer le montant du loyer de référence majoré précédé de la mention « loyer de référence majoré »
  • indiquer le montant du loyer de base précédé de la mention « loyer de base »
  • indiquer le montant du complément de loyer exigé précédé de la mention « complément de loyer »
  • mentionner la surface du bien loué en mètres carrés de surface habitable

L’arrêt de l’Horloge Parlante

Pour les plus anciens et les plus nostalgiques, ils se souviennent du premier système automatisé à donner l’heure légale française via un appel téléphonique. C’est l’Horloge Parlante et, par manque d’utilisateurs, ce système prend fin demain.

Si vous souhaitez l’utiliser en souvenir du bon vieux temps, le numéro est accessible sur tout le territoire via le 3699. Par contre, il facture 1,50 € plus le prix d’un appel pour ses dernières heures d’existence. Avec la multiplication des moyens de communication et d’information, l’Horloge Parlante n’était plus utile.

0