Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Paquets « plein de vide » : ces 7 marques qui trompent le consommateur avec cette pratique

Publié par Elodie GD le 19 Sep 2020 à 12:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’ONG Foodwatch a récemment dénoncé les emballages alimentaires « trop grands » et « plein de vide ». Elle reproche à sept grandes marques cette pratique et a lancé une pétition pour les prier de cesser ces « abus ».

La suite après cette publicité
Barilla pointée du doigt par Foodwatch

A lire aussi: Gaspillage alimentaire : les dates de péremption bientôt retirées ?

La suite après cette vidéo

Foodwatch monte au créneau

Foodwatch a poussé un gros de coup de gueule contre plusieurs fabricants alimentaires. Elle leur reproche notamment de tromper les clients en leur mentant sur la contenance exacte des produits. « Ils font miroiter une plus grande quantité d’aliments que celle réellement présente dans les paquets. Plusieurs consommateurs se sont plaints auprès de l’ONG de ce « plein de vide » » a expliqué l’organisation.

La suite après cette publicité

Pour dénoncer ces pratiques, elle a lancé ce jeudi 17 septembre une pétition visant à faire changer les choses. Il s’agit pour Foodwatch de faire pression sur les fabricants Lipton, Léa Nature, Sojasun, Monoprix, Barilla, Carrefour et Leclerc, dont les consommateurs se sont plaints.

Sept marques pointées du doigt

Ce sont plusieurs plaintes de consommateurs qui ont poussé l’ONG à mener l’enquête dans les rayons des grandes surfaces. Elle s’est également penchée sur les prix de ces produits, et ils se sont avérés plus chers que les marques distributeurs. « Proposer des emballages inutilement grands n’est pas illégal, mais il est temps de mettre fin à ces pratiques abusives » a précisé la responsable campagne chez Foodwatch Camille Dorioz.

La suite après cette publicité

Elle a notamment pris l’exemple de Monoprix, qui selon elle participe à ce phénomène instigué par les marques. « Monoprix, par exemple, en plaçant judicieusement une grosse étiquette sur son pot d’épices qui cache un quart de « vide », vend en apparence son produit à l’unité moins cher que ses concurrents. En réalité, le distributeur propose une plus petite quantité qui s’avère bien plus chère (198,33 €/kg) qu’une grande marque (168,18 €/kg) si l’on compare le prix au kilo. C’est une véritable arnaque » a-t-elle conclu.

A lire aussi: Gaspillage alimentaire : un Leclerc des Landes épinglé

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.