Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Météo : Jusqu’à quand le mauvais temps va-t-il durer ?

Publié par Pierre le 21 Mai 2024 à 17:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo
Individu en vêtements de pluie, marchand dans des rues inondées.
La suite après cette publicité

Le printemps 2024 en France a été marqué par une série d’événements climatiques instables. Ces derniers se sont caractérisés par des précipitations abondantes, des orages fréquents et des températures fluctuantes. De là à se poursuivre au mois de juin ? Pour comprendre les origines et les conséquences de cette météo capricieuse, le TDN est là pour vous aider !

Des causes climatiques multiples

Les météorologues s’accordent à dire que plusieurs facteurs contribuent à cette instabilité prolongée. Parmi eux, les « gouttes froides » jouent un rôle déterminant. Ces dépressions d’altitude résultent de l’interaction entre l’air froid en altitude et l’air chaud en surface. Ce qui créé ainsi une instabilité atmosphérique propice à la formation de nuages et de précipitations. Marc Hay, spécialiste météo pour BFMTV, explique que les gouttes froides sont des poches d’air froid en altitude. Elles sont entourées d’air plus chaud en surface, favorisant l’instabilité météorologique.

La suite après cette publicité

En outre, la position des centres d’action, comme les anticyclones situés sur la Scandinavie et les Açores, contribue à maintenir cette instabilité. Entre ces deux centres, la France se retrouve coincée, subissant les conséquences de ces configurations météorologiques. Sylvain Chave est directeur scientifique de Predict Services. Il affirme que les perturbations venant de l’océan Atlantique apportent des masses d’air humide et instable sur le territoire français.

Les effets de cette instabilité sont visibles à travers tout le pays. Des régions comme la Nouvelle-Aquitaine ont enregistré des précipitations bien au-dessus de la normale. Tandis que d’autres, comme le Languedoc-Roussillon, ont connu des déficits pluviométriques significatifs. Ces variations mettent en lumière la diversité des conditions météorologiques à travers le territoire français.

fabienne amiach Fabienne Amiach jugée trop sexy à la présentation de la météo : elle raconte Fabienne Amiach jugée trop sexy à la présentation de la météo : elle raconte

La suite après cette publicité

Des impacts climatiques importants

La France a connu un printemps particulièrement pluvieux. En moyenne les précipitations étaient 15 % plus abondantes de la normale depuis le 1er mars. Cette augmentation des précipitations a conduit à des inondations dans certaines régions, comme le Grand Est. Des pluies intenses et peu mobiles y ont causé des débordements de cours d’eau. Mais aussi des accumulations d’eau sur les sols saturés.

Rues inondées avec des voitures et de nombreux arbres
La suite après cette publicité

En Nouvelle-Aquitaine, les précipitations ont atteint des niveaux record. En tout 870 mm ont été enregistrés entre le 1er septembre 2023 et le 18 mars 2024. Soit 50 % de plus que la normale. En revanche, le Languedoc-Roussillon a connu un déficit pluviométrique de 25 % durant la même période.

Les pluies abondantes ont également eu des effets positifs sur les nappes phréatiques. Ces dernières se sont bien remplies dans de nombreuses régions. Cependant, cette recharge en eau souterraine n’a pas été uniforme, certaines régions ayant bénéficié de plus de précipitations que d’autres. Par exemple, en Occitanie, les niveaux des nappes phréatiques sont autour de la moyenne. Ce qui contribue à une meilleure gestion des ressources en eau pour l’agriculture et la consommation domestique.

Au-delà des effets sur le climat et l’environnement, cette instabilité météorologique a des répercussions socio-économiques importantes. Les secteurs agricoles, par exemple, peuvent être affectés par les précipitations excessives. Ce qui entraîne des retards dans les semis et des dégâts aux cultures. Les cultures sensibles à l’humidité, telles que les céréales et les légumes, sont particulièrement vulnérables aux conditions pluvieuses prolongées. Les abricots et les fraises, entre autres, sont également victimes des intempéries. Ainsi, elles ralentissent leurs productions et rehaussent leur prix à la vente.

La suite après cette publicité

Les prévisions à court et moyen terme

Alors que les Français espèrent un retour au temps ensoleillé, les prévisions météorologiques suggèrent que l’instabilité pourrait persister jusqu’au mois de juin. Contrairement aux prévisions, l’été n’arrivera pas de sitôt ! Des gouttes froides continueront d’influencer le temps, avec des averses et des orages fréquents.

Orage en campagne sous un ciel sombre avec de nombreux éclairs
La suite après cette publicité

Les prévisions indiquent que le temps restera instable au moins jusqu’à la semaine prochaine. Le week-end des 18 et 19 mai devrait être marqué par des conditions maussades. Et avec des averses et des orages touchant de nombreuses régions de France. Météo France prévoit des cumuls de précipitations importants en vallée de la Loire et dans les Cévennes le samedi. Mais aussi dans le Sud-Ouest et l’ouest de la France le dimanche.

Les premiers jours de la semaine suivante (20-24 mai) devraient également être dominés par un temps humide et orageux. Avec des averses quasi-quotidiennes. Les régions du Centre-Ouest pourraient enregistrer des cumuls de précipitations importants. Ce qui nécessite une vigilance accrue pour éviter les inondations et les dégâts associés.

Rue du Sud de la France sous un grand soleil
La suite après cette publicité

À moyen terme, une accalmie partielle est envisagée à partir du milieu de la semaine prochaine. Les prévisionnistes estiment qu’un retour à des conditions plus stables est possible vers la fin du mois de mai. Cependant, le retour à un temps largement ensoleillé et chaud est peu probable. Ce qui contraste avec les années précédentes aux mêmes périodes.

Les modèles météorologiques suggèrent que le mois de juin pourrait être caractérisé par des températures dans les normales saisonnières. Donc, sans les excès de chaleur observés en 2022. Cette période pourrait être marquée par des journées ensoleillées entrecoupées d’averses et d’orages. Ce qui est typique de la transition entre le printemps et l’été. Une chose est sûre, nous sommes loin de la canicule initialement prévue en mars et mai !

Une adaptation au climat nécessaire

La suite après cette publicité

Les mesures d’adaptation peuvent inclure la mise en place de systèmes de drainage efficaces pour prévenir les inondations. Mais aussi l’amélioration des infrastructures agricoles pour protéger les cultures et la promotion de pratiques agricoles résilientes aux conditions humides. Les autorités locales doivent également sensibiliser les communautés aux risques météorologiques et encourager la préparation individuelle et collective.

Appareil météorologique, placé dans un champ

À long terme, il est essentiel de renforcer les capacités de prévision météorologique et de gestion des risques climatiques. Les investissements dans la recherche et le développement de technologies de prévision avancées peuvent aider à anticiper les événements extrêmes et à planifier des réponses adaptées. Mais en plus de cela, la coopération internationale et le partage des connaissances peuvent améliorer la résilience des communautés face aux défis climatiques globaux.

La suite après cette publicité

Une gestion et une préparation minutieuses

Dans les zones urbaines, où les inondations peuvent causer des dégâts considérables, les infrastructures doivent être adaptées pour gérer des volumes d’eau plus importants. Cela peut inclure la construction de bassins de rétention, l’amélioration des systèmes de drainage et la création d’espaces verts qui absorbent l’eau. Par exemple, la ville de Paris a mis en place plusieurs initiatives pour réduire les risques d’inondation, notamment en augmentant la capacité de stockage des eaux pluviales et en plantant plus d’arbres pour absorber l’excès d’eau.

Trois appareils météorologiques, placés dans un champ
La suite après cette publicité

Pour les agriculteurs, l’adaptation peut passer par l’utilisation de variétés de cultures plus résistantes à l’humidité et par des pratiques agricoles telles que l’agroforesterie, qui peut améliorer la résilience des cultures aux conditions météorologiques extrêmes. En Nouvelle-Aquitaine, par exemple, certains agriculteurs adoptent des systèmes de culture en bandes et des rotations de cultures pour réduire l’impact des fortes précipitations et améliorer la gestion de l’eau.

La sensibilisation et la préparation des communautés locales sont cruciales pour faire face aux conditions météorologiques instables. Des programmes de formation et d’éducation peuvent aider les citoyens à mieux comprendre les risques et à se préparer en conséquence. En Occitanie, des ateliers de préparation aux urgences et des simulations d’inondation sont organisés pour enseigner aux résidents comment réagir en cas de conditions météorologiques extrêmes.

sable sahara (1) Alerte météo : le sable du Sahara de retour ! Alerte météo : le sable du Sahara de retour !

La suite après cette publicité

Une meilleure adaptation aux modèles climatiques

Les modèles climatiques modernes, qui utilisent des données satellitaires et des superordinateurs, peuvent fournir des prévisions plus précises et à plus long terme. Ces outils aident les météorologues à anticiper les tendances climatiques et à émettre des avertissements plus précis, permettant ainsi aux communautés de mieux se préparer.

Les systèmes d’alerte précoce sont essentiels pour réduire les impacts des conditions météorologiques extrêmes. Mais ici, Météo France utilise des alertes météo colorées (verte, jaune, orange et rouge) pour informer le public des risques météorologiques à venir. Ces systèmes permettent de diffuser rapidement les informations sur les dangers imminents et de prendre des mesures de précaution.

La suite après cette publicité
Nouvelles technologies météorologiques

Dans le secteur agricole, les technologies d’agriculture intelligente, telles que les capteurs de sol et les systèmes d’irrigation automatisés, peuvent aider les agriculteurs à mieux gérer l’eau et à protéger leurs cultures contre les conditions extrêmes. Ces technologies permettent une utilisation plus efficace des ressources et une réponse rapide aux changements climatiques.

Le dérèglement climatique, aux origines des pluies de printemps ?

La suite après cette publicité

Le changement climatique joue un rôle de plus en plus important dans la fréquence et l’intensité des événements météorologiques extrêmes. Les scientifiques avertissent que les périodes de précipitations intenses, les vagues de chaleur et les sécheresses pourraient devenir plus fréquentes et plus sévères à mesure que le climat mondial continue de se réchauffer.

Petite fille avec un parapluie multicolore qui sourit sous les averses dans un jardin.

Le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC) vise à préparer la France aux impacts du changement climatique. Ce plan inclut des mesures pour protéger les ressources en eau, renforcer la résilience des infrastructures et soutenir les secteurs agricoles et économiques.

La suite après cette publicité

Le gouvernement investit également dans des infrastructures résilientes pour réduire les risques d’inondation et améliorer la gestion des eaux pluviales. De nombreux projets tels que la construction de barrages, la restauration des zones humides et l’amélioration des systèmes de drainage urbain sont essentiels pour protéger les communautés et les écosystèmes.