Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Burger King se lance dans la lutte contre les pets de vache…

Publié par Salomee le 15 Juil 2020 à 19:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Burger King, l’emblématique société de fast-food, a décidé de participer à la protection de l’environnement. L’entreprise a décidé de s’attaquer au problème du méthane rejeté par les vaches. Etant un gaz 25 fois plus polluant que le Co2, ce secteur de l’élevage bovin est particulièrement nocif pour la planète. Des spécialistes ont rajouté un ingrédient dans l’alimentation des vaches, ce qui leurs permettraient de rejeter 33% de méthane en moins. Retour sur cette initiative.

À lire aussi : Pizza Hut teste une boîte qui fait du bien à l’environnement

Burger King décide de nourrir ses vaches autrement pour respecter l’environnement

Le secteur de l’élevage bovin est extrêmement polluant. Notamment par le méthane rejeté par les vaches lorsqu’elles pètent et rotent. Ce gaz serait 25 fois plus nocif que le Co2 des voitures, rapporte Bio, ressources. À côté, cette exploitation de masse demande des énormes quantités d’eau et une place mirobolante sur le territoire. Bien que les spécialistes recommandent aux citoyennes et citoyens de manger raisonnablement de la viande, Burger King compte bien continuer de vendre son sandwich phare : le « whopper » . 

L’entreprise a donc décidé de s’adapter aux nouvelles préoccupations mondiales. Pour se faire, Burger King a fait appel à des chercheurs pour tenter de réduire la proportion de méthane rejeté par les vaches fournissant la viande de ces « whoppers » . Bingo : les scientifiques ont découvert qu’en rajoutant 100 grammes de feuilles de citronnelle à l’alimentation des vaches, 33% de méthane en moins serait rejeté. Une très bonne nouvelle.

Ce « whooper » provenant de ces ruminants moins polluants est disponible dans un des restaurants de la chaîne à Miami, New York, Austin, Portland ou Los Angeles. Les consommateurs soucieux de l’environnement peuvent donc manger ce délicieux burger avec l’esprit un peu moins coupable.

À côté, l’entreprise a décidé de rendre les conclusions de cette étude publiques, elle s’explique : «si tout le secteur, depuis les agriculteurs jusqu’aux distributeurs de viande, en passant par les autres marques, nous rejoignent, nous pouvons étendre cette expérience à grande échelle et collectivement aider à réduire les émissions de méthane qui ont un rôle dans le changement climatique» . Belle initiative solidaire.

Source : Le Figaro. 

À lire aussi : Emportées par l’ouragan Dorian, trois vaches retrouvées vivantes sur une île deux mois plus tard

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER