Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Alerte ! Que se passerait-il si les abeilles disparaissaient ?

Publié par Emma le 23 Mai 2019 à 3:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

 

Parce que le réchauffement climatique n’épargne personne, il est important de parler de nos amies les abeilles. Espèce très menacée par les catastrophes climatiques, elles sont pourtant essentielles à notre survie. Afin de sensibiliser l’opinion publique à ce problème majeur, la Journée mondiale des abeilles a été créée par les Nations unies. Désormais tous les 20 mai, il sera important de se rappeler que les abeilles ne sont pas qu’un dessin animé mais bel et bien en danger. Mais que se passerait-il si elles venaient à disparaître ?

>> À lire aussi : Jour de dépassement : demain l’Europe vivra à crédit 

Quel est le rôle des abeilles dans notre écosystème ?

Les abeilles ont un rôle essentiel dans la reproduction et le maintien de notre écosystème. Si vous avez déjà vu ces insectes butiner les fleurs dans votre jardin, connaissez-vous réellement leur utilité ? En effet la mission des copines de Maya est de ramener le pollen à la ruche pour ensuite faire du nectar, du miel et de la cire. Avec le vent et d’autres insectes, les abeilles assurent la pollinisation des fleurs soit leur reproduction. Ce phénomène est indispensable pour l’équilibre écologique de la planète. Sans le travail des abeilles, la prolifération du monde végétal serait incroyablement réduite. Cela entraînerait une diminution de la faune qui finirait par nuire à la vie humaine.
>> À lire aussi : Les 10 aphrodisiaques les plus puissants et simples à se procurer 

Pourquoi les abeilles sont-elles menacées ?

D’après une étude révélée par l’Allemagne, près de 75% de la population d’insectes volants qui bourdonnent a disparu en moins de 30 ans. En effet en France, Greenpeace avait déjà alerté des 25% de pertes chaque hiver. Des chiffres alarmants qui témoignent d’un dérèglement important de notre écosystème. Les facteurs de ce phénomène sont multiples et sont liés à l’Homme. L’usage important de certains pesticides accélère la disparition des abeilles. Les néonicotinoïdes sont les plus grands ennemis de ces insectes car ils s’attaquent à leur système nerveux ce qui les désoriente et les affaiblit. Une nouvelle menace est apparue en France en 2004 : le frelon asiatique. Rapidement acclimaté, il s’est répandu dans l’hexagone, tuant de nombreuses abeilles sur son passage. Au même titre que le varroa, parasite qui s’installe dans les ruches et peut provoquer la mort de la colonie entière.

>> À lire aussi : Découvrez l’ornithorynque : cet animal vous surprendra 

Quelles sont les conséquences de leur disparition ?

La disparition des abeilles serait une véritable catastrophe pour l’humanité. La biodiversité souffrirait directement de ce fléau. D’après Bernard Vaissière de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) « 80 % des espèces végétales seraient menacées, entraînant la disparition d’un tiers de nos sources d’alimentation. » En effet la pollinisation qui permet la reproduction de la faune est assurée à 80% par les insectes.

Bien que cela doive sembler plutôt abstrait, il faut noter, que certains aliments de notre quotidien pourraient devenir de vagues souvenirs d’ici quelques années. Notamment les fruits, légumes et noix qui comptent sur les abeilles pour s’épanouir. Sans parler évidemment du miel qui fait le bonheur des amateurs de toasts chèvres miel…

>> À lire aussi : Que signifie l’expression « bae » ?

Comment sauver les abeilles ?

Le constat alarmant partagé par toutes les ONG ne peut plus être ignoré. Les abeilles sont en voie d’extinction et ça devrait préoccuper sérieusement le grand public. Pour sensibiliser les Hommes à cette tragédie, une Journée mondiale a été mise en place mais ça ne suffit pas. Des campagnes ont été lancées comme « Zones de Bzzz » par une association pour lutter contre la disparition des abeilles.

Néanmoins, il est possible à plus petite échelle d’apporter sa contribution ! Voici quelques gestes quotidiens à adopter pour limiter la casse. Tout d’abord il faut augmenter sa consommation de miel. En effet, les apiculteurs ont annoncé la perte de 50% de leur production. En plus d’être essentiel pour la survie de la faune et la flore, c’est une vraie source d’énergie qui peut facilement remplacer le sucre blanc. Les jardins sauvages sont aussi une idée. Même si vous n’avez pas la main verte, un petit effort pourrait avoir un grand impact. Alors n’hésitez pas à semer des plantes sauvages comme des coquelicots, bleuets qui égayeront votre quotidien. Comme vous laissez de l’eau à disposition de votre chien, faites de même pour les abeilles. Cela permettra aux insectes de se rafraîchir et de diluer le miel pour nourrir les larves. Privilégiez les produits locaux et bios qui n’ont pas contribué à l’utilisation de pesticides, véritables assassins des abeilles.

Pour les moins pacifistes d’entre vous, cette anecdote devrait vous intéresser. À Toulouse, un apiculteur lassé de l’inaction de l’État a décidé d’employer la manière forte. Pour sensibiliser le gouvernement à la surmortalité des insectes, il a tout simplement décidé d’envoyer des lettres remplies d’abeilles mortes au président de la République, Emmanuel Macron. « Aux grands maux, les grands remèdes »

>> À lire aussi : Tartines salées : 20 recettes simples pour un repas gourmand vite fait, bien fait ! 

0