Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Les scientifiques s’inquiètent : des résidus radioactifs sont emprisonnés dans des glaciers

Publié par Elisa GERLINGER le 12 Avr 2019 à 22:30

Des résidus radioactifs sont emprisonnés dans des glaciers partout dans le monde, les chercheurs s’inquiètent.

glacier

>> A lire aussi: Un homme et son chien plongent dans l’eau glacée pour sauver 2 chiens prisonniers dans la glace

Des résidus radioactifs dans les glaciers

C’est une nouvelle qui inquiète beaucoup les chercheurs. Des retombées radioactives d’accidents nucléaires civils et d’essais militaires sont emprisonnés dans les glaciers du monde entier. Les scientifiques sont effrayés que ces résidus s’échappent à cause de la fonte des glaces liée au réchauffement climatique. Une équipe internationale a pisté la potentielle présence de retombées radioactives dans les dépôts de matières à la surface de glaciers dans l’Arctique, en Islande, dans les Alpes, le Caucase, l’Antarctique et l’ouest du Canada. Et il s’avère que les chercheurs en ont trouvé sur les 17 sites étudiés. La concentration de ces résidus était au moins 10 fois supérieure aux niveaux relevés ailleurs. « Ce sont les niveaux les plus élevés mesurés dans l’environnement en dehors des zones d’exclusion nucléaires » , a expliqué Caroline Clason, de l’université de Plymouth, à Paris Match.

radioactifs

>> A lire aussi: Ces photos rares de Tchernobyl et Pripyat vont vous bluffer !

Les résidus radioactifs s’accumulent dans les glaciers

Lorsque des composants radioactifs sont relâchés dans l’atmosphère, ils retombent sur terre via des pluies acides, et peuvent être absorbés par les plantes et le sol. Mais quand ils tombent sous forme de neige et se posent sur la glace, ils forment des sédiments plus lourds, qui s’accumulent dans les glaciers. « Quand les éléments radioactifs retombent sous forme de pluie, comme après Tchernobyl, ils s’évacuent, c’est un événement ponctuel. Mais sous forme de neige, cela reste dans la glace pendant des décennies, et avec la fonte des glaciers liée au réchauffement, ils se déversent dans les rivières » , explique Caroline Clason.

glacier

L’équipe de chercheurs a retrouvé des résidus de la catastrophe de Fukushima ainsi que des traces d’essais militaires d’armes nucléaires. « Nous parlons de tests militaires à partir des années 1950 et 1960, pendant le développement de la bombe. En étudiant une carotte de sédiments, nous voyons clairement un pic au moment de Tchernobyl, mais aussi un pic relativement précis autour de 1963, période intense d’essais nucléaires » , poursuit la scientifique à Paris Match. « Cela prouve que notre héritage nucléaire ne disparaît pas, il est toujours là » , conclut-elle.

>> A lire aussi: À 12 ans, il crée un réacteur de fusion nucléaire dans sa salle de jeux

0