Ces agents de la RATP bravent le couvre-feu pour dealer !

Publié par Colin le 12 Jan 2021

Samedi 9 janvier, la police a interpellé deux femmes à Paris pendant le couvre-feu, alors qu’elles vendaient de la drogue. Les deux femmes, salariées de la RATP, livraient leurs stupéfiants en gardant leur uniforme pour passer inaperçues.

police

A lire aussi : Le « dealer des stars » arrêté : la police découvre l’identité de certains de ses clients… Vous allez être surpris ! 

Elles gardaient leur uniforme de la RATP pendant leurs livraisons

Deux femmes étaient en pleine livraison de stupéfiants, dans le 2e arrondissement de Paris, pendant le couvre-feu. Elle étaient agents de la RATP le jour et dealeuses la nuit. Très vite repérées, elles ont été interpellées et placées en garde à vue. Dans le centre de Paris, le 9 janvier vers 21 heures, la Brigade anticriminalité, alors en patrouille, a remarqué un véhicule suspect. Une Peugeot 308 était mal garée avec le moteur allumé quand un homme est sorti de la voiture pour regagner l’immeuble à côté.

Après que la voiture soit repartie dans une autre rue, la BAC a décidé de contrôler le véhicule. A l’intérieur se trouvaient deux femmes qui ont été contrôlées par les policiers. Les femmes de 28 et 34 ans portaient un uniforme de la RATP. Les policiers ont alors très vite senti une odeur de cannabis et remarqué un joint sur l’accoudoir. Les deux coupables ont avoué rapidement leur activité au brigadier.

Dealeuse et consommatrice

Elles transportaient avec elles deux pochons de cocaïnes, deux pochons de MDMA, un sachet de cannabis, deux bombes lacrymogènes et 280 euros récoltés pendant leur soirée. La conductrice, vivant à Pantin, conduisait sous l’emprise de la cocaïne et du cannabis. Le test salivaire a été positif. De plus, elle affirme être consommatrice régulière. Elle a été déférée au tribunal et sera sans doute jugée en comparution immédiate.

La passagère fait l’objet d’une ordonnance pénale. Le confinement et le couvre-feu ont encore plus favorisé les livraisons à domicile de stupéfiants pour les dealeurs, appelé aussi « Uber Shit » dans le jargon policier.

Source : Actu17

A lire aussi : Arnaqué par son dealer, cet homme s’est vengé de la pire façon qui soit 

0