Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Affaire Daval : on sait désormais ce que va devenir la maison du meurtre

Publié par Celine Spectra le 20 Juin 2022 à 15:41
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En 2017, lorsque Jonathann Daval a tué son épouse, il a hérité de 50% de la maison qu’ils occupaient ensemble. Saisie par les proches de la victime, la justice a demandé qu’elle soit finalement entièrement restituée aux parents de la jeune femme.

La dernière demeure d'Alexia Fouillot accordée aux parents de cette dernière

BFMTV

La dernière demeure d’Alexia Daval restituée à ses parents

C’est le dernier endroit où Alexia a vécu avant sa mort. La maison où a vécu le couple Daval appartient désormais à la famille de la jeune victime, tuée par son époux en 2017. C’est en tout cas ce qu’a décidé la justice, comme le rapportent nos confrères du Parisien ce dimanche 19 juin, au matin.

Comme le soulignent Gilles-Jean et Jean-Hubert Portejoie, avocats des parents et de la sœur d’Alexia Fouillot, il s’agissait de la seule véritable revendication des parents d’Alexia. « Il s’agissait à la fois d’un lieu du bonheur et de la tragédie » .

Un pavillon au cœur d’une bataille juridique

Le pavillon, situé à Gray-la-Ville était au cœur d’une bataille judiciaire entre la famille de la jeune femme et Jonathann Daval. Suite à l’assassinat de son épouse, ce dernier était donc devenu propriétaire à 50% du bien d’Alexia Duval. L’autre moitié était revenue en indivision à sa sœur et à ses parents.

Pourtant, d’après le Code civil, Jonathann Daval ne peut pas hériter du bien, à cause de sa condamnation définitive pour le meurtre de son épouse. 

La famille d’Alexia Fouillot a donc attaqué leur ancien gendre dans le but de le contraindre à lui vendre sa part. Ce 8 mars dernier, le tribunal de Vesoul a accordé aux parents de la victime de devenir propriétaire de l’ensemble du pavillon. Un jugement qui est désormais définitif, étant donné qu’il n’a pas fait d’objet d’appel, selon un certificat de la cour d’appel de Besançon, en date du 8 juin.

Source : Le Parisien
0