Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Double meurtre dans une scierie : un appel à témoins lancé pour retrouver le fugitif Valentin Marcone

Publié par Quentin VIALLE le 13 Mai 2021 à 12:09
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La préfecture du Gard et la gendarmerie ont lancé ce jeudi un appel à témoins pour tenter de retrouver Valentin Marcone, jeune homme suspecté d’avoir froidement abattu son patron et l’un de ses collègues dans une scierie des Cévennes.

Publicité
Le tueur présumé d'un patron et de l'un de ses collègues dans une scierie des Cévennes activement recherché

Compte Twitter de la Gendarmerie nationale

Double meurtre dans une scierie : un appel à témoins lancé pour retrouver le fugitif

Hier, le procureur de la République de Nîmes invitait les médias à ne pas divulguer la photo de Valentin Marcone, tueur présumé de la scierie. Mais la préfecture du Gard a finalement décidé de lancer un appel à témoins ce jeudi 13 mai. Lancé sur le compte Twitter et Facebook de la gendarmerie, les autorités espèrent remettre la main sur le fugitif, un jeune homme de 29 ans soupçonné du meurtre de son patron et de l’un de ses collègues dans la scierie où il était employé.

Publicité

Le fuyard serait en possession d’une arme longue distance « extrêmement dévastatrice » mais également d’une arme de poing. Il mesure environ 1m70, cheveux courts, de corpulence sportive et porte des lunettes. « Vous ne devez en aucun cas intervenir vous-mêmes« , indique la gendarmerie à propos de Valentin Marcone, qui se cacherait dans la forêt cévenole depuis maintenant 48 heures.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

>>> A lire aussi : La photo du meurtrier présumé d’Eric Masson dévoilée par BFM TV (Vidéo)

« Il aurait pu prendre la fuite plus loin »

Publicité

Si d’importants moyens sont actuellement déployés dans la zone initiale de recherche, il est possible que le fugitif auteur du double meurtre ait pu prendre la fuite dans un secteur plus éloigné. « L’hypothèse désormais c’est qu’il aurait pu prendre la fuite plus loin, au-delà du périmètre de 15 km2 que nous fouillons depuis le départ« , a confirmé auprès du Parisien Eric Maurel, procureur de la République de Nîmes. Malgré le déploiement de 300 militaires, d’une brigade cynophile, d’hélicoptères et du GIGN, le fuyard semble pour l’heure introuvable. Affaire à suivre.

>>> A lire aussi : Qui est la « mythomane du Bataclan », cette femme qui s’est faite passer pour une victime des attentats ?