Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Leur bébé de 40 jours décède suite à une erreur médicale

Publié par Celine Spectra le 30 Juil 2022 à 17:02

Les hôpitaux de Perpignan (Pyrénées-Orientales) et de Toulouse Purpan (Haute-Garonne) ont été condamnés par le tribunal administratif de Montpellier suite au décès du petit Raphaël Vialet. Le petit de 40 jours serait, en effet, décédé à la suite d’une succession d’erreurs médicales.

Leur bébé de 40 jours décède suite à une succession d’erreurs médicales

Les faits ont eu lieu pendant l’été 2019. Aimeline Vialet, jeune maman, se rend aux urgences pour la seconde fois en une semaine à l’hôpital de Perpignan. Deux jours plus tard, Raphaël, 40 jours, décède finalement à la suite d’une succession d’erreurs médicales.

Trois jours plus tôt, ses parents l’y avaient amené pour cause de vomissements. Le pédiatre avait conclu à des reflux et avait renvoyé la famille chez elle.

Leur bébé de 40 jours décède suite à une erreur médicale. L'hôpital condamné

Les erreurs de diagnostic ont conduit à la nécrose, puis à la perte totale de son intestin grêle

Le 31 juillet 2019, les parents amènent donc une nouvelle fois leur nourrisson aux urgences, sur demande de leur médecin traitant. Mais malgré la demande du spécialiste, le petit n’est pas pris en charge en priorité. Une heure après, il est enfin ausculté par le même pédiatre que deux jours plus tôt, qui lui diagnostique une gastro-entérite.

Mais une heure plus tard tout s’accélère avec l’arrivée d’un autre pédiatre, qui constate immédiatement la gravité de l’état de santé du bébé. Il soupçonne d’ailleurs une entérocolite nécrosante. Très vite, Raphaël est intubé, puis placé dans un coma artificiel. Il est ensuite transféré par hélicoptère à l’hôpital de Toulouse afin d’y être opéré. Le petit décède finalement le 2 août 2019.

Ce lundi 25 juillet 2022, le tribunal administratif de Montpellier a reconnu la responsabilité des deux hôpitaux dans le décès du bébé. 75% est d’ailleurs imputé à l’hôpital de Perpignan. En effet, selon le tribunal, les erreurs répétées de diagnostics ont conduit à la nécrose. Puis à la perte de l’intestin grêle. Ce qui a engendré malheureusement le décès du nourrisson.

Source : Au Féminin

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.