Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Drame dans un Carrefour Market pendant un contrôle de police !

Publié par Salomee le 13 Mai 2020 à 8:32
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce samedi 9 mai 2020, un contrôle de police dégénère à Nanterre. Quelques heures après, un Carrefour Market prend feu. Aux alentours de la rupture du jeûne du Ramandan, les rues et les commerces du quartier Picasso étaient très peuplés ! Une brigade a tiré des grenades lacrymogènes, « de manière incompréhensible » selon la municipalité de Nanterre, qui a demandé au préfet de Paris d’ouvrir une enquête interne. Retour sur cet incident ! Découvrez la vidéo ci-dessous :

À lire aussi : Ce jeune homme utilise une technique complètement insolite pour s’évader de prison

La situation dégénère « de manière incompréhensible » à Nanterre où un Carrefour Market prend feu !

Aux alentours de 20 heures, une brigade de la police nationale procède « à des tirs de grenades lacrymogènes devant plusieurs commerces alimentaires encore ouverts, au moment où des habitants, des personnes âgées, des mères de famille avec des enfants faisaient leurs courses » . Selon la municipalité de Nanterre, ces grenades ont été tirées de « manière incompréhensible » !

En effet, vers l’heure de la rupture du jeûne du Ramadan, le quartier Picasso se peuple. Les rues étaient bondées et les commerces encore ouverts au moment de l’incident. Peu après, un Carrefour Market prend feu. Heureusement, cet incendie n’a fait aucun blessé. Selon le commandant Maunier, « une cinquantaine de pompiers ont maîtrisé les flammes en 1 h 30 au moyen d’une lance » .

Déjà vendredi 8 mai au soir, des tensions auraient été constatées entre des jeunes et cette même brigade de police.

Le maire de Nanterre demande au Préfet de Paris d’ouvrir une enquête interne

Patrick Jarry, le maire de Nanterre, trouve que cet « usage de grenades lacrymogènes est apparu totalement disproportionné » . Dans un communiqué, il affirme qu‘il « condamne cet acte criminel, rien ne peut le justifier » . Étant persuadé de la violence « incompréhensible » de cette brigade, il a demandé au Préfet de Paris d’ouvrir une enquête interne.

De plus, le maire déclare que « les interventions de cette brigade départementale placée sous l’autorité directe du Préfet de police de Paris dégénèrent trop souvent » alors que « les 1 500 à 2 000 contrôles effectués par les effectifs de police du commissariat de Nanterre se sont plutôt bien passés et sans incident notoire à déplorer » .

Ces tiers de grenades auraient pu engendrer des dégâts humains déplorables. C’est une affaire à suivre.

À lire aussi : Effroyable : une fillette se défenestre du deuxième étage pour échapper aux coups de son père

Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail