Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Confinement : 10 millions de litres de bière vont être jetés !

Publié par Justine le 09 Mai 2020 à 8:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La France placée en confinement depuis mi-mars a donné lieu à la fermeture des bars, brasseries et restaurants. En plus de perdre leur chiffre d’affaires, ces commerces doivent cette fois se résigner à jeter 10 millions de litres de bière faute de consommateurs.

Le confinement met à mal les restaurateurs

>>> À lire aussi : Restaurants : menus, distance minimale entre les tables, quels sont les changements à prévoir ?

De la bière gâchée à cause du confinement

Les Brasseurs de France ont dévoilé mardi 5 mai, l’étendue des dégâts causés par la crise du Coronavirus. Les restaurateurs n’ont pas d’autres choix que de gâcher 10 millions de litres de bière qui ne pourront pas être consommés à temps. Relaté par LCI, le syndicat s’indigne : « La fermeture brutale des cafés, restaurants, l’arrêt des activités touristiques et l’annulation de tous les festivals et salons a laissé plus de 10 millions de litres de bière, majoritairement en fûts, en souffrance ».

Les bières concernées sont les boissons en vogue souvent non-pasteurisées et donc plus fragiles. La conservation est moins longue que les bières classiques comme l’affirme Maxime Costilhes : « Ce sont des bières très houblonnées, et si on les garde trop longtemps, quand elles dépassent deux à trois mois de conservation, l’effet olfactif et l’effet gustatif, l’arôme, disparaît ».

>>> À lire aussi : Confinement : trois Lillois créent la Confinouze, une bière en hommage à cette période si spéciale

Le confinement est dramatique pour la restauration

En plus de jeter de la bière, la destruction de celle-ci à un coût non négligeable en ces temps difficiles. C’est pourquoi les brasseurs demandent notamment une aide pour la « destruction des stocks de bières ».

Ce secteur professionnel est au plus mal depuis le début du confinement. Cette destruction représente une perte supplémentaire pour les commerçants qui ne savent pas comment sortir la tête de l’eau. En effet, Maxime Costilhes, délégué général de Brasseurs de France rappelle sur LCI, que c’est un « secteur très endetté, puisqu’on a investi 241 millions d’euros dans le développement en 2019, un chiffre important pour un chiffre d’affaires d’un peu plus de 4 milliards d’euros ».

>>> À lire aussi : Après le confinement, vous ne risquez plus d’aller au restaurant comme avant !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail