Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

« Les clients sortent dans la rue avec leur pénis dans la main » : À Angers, un magasin de gaufres agace !

Publié par Jessy le 14 Déc 2021 à 7:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est une mode qui se répand de plus en plus. Alors qu’à Paris, un magasin de gaufres est très populaire pour vendre des produits en forme de pénis ou de vulve, ce n’est pas bien vu dans les autres villes de France. À Angers, une pétition a été créée pour fermer une boutique de gaufres en forme de « quéquette » et de « foufoune » . Pour les habitants, c’est la porte ouverte à la pornographie.

@quequetterie (Instagram)

>>> À lire aussi : Le plus gros space cake au monde est à vendre

La quéquetterie : un magasin de gaufres en forme de pénis et de « foufoune »

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

À Angers, c’est une nouveauté qui ne plaît pas. Dans une rue proche de l’école du Sacré-cœur, « La quéquetterie » fait débat. Dès son ouverture, les habitants du quartier et les parents d’élèves n’ont pas vu d’un très bon œil cette nouvelle boutique. En cause : la forme des produits proposés à la consommation. Théo Berthelot, le gérant de la boutique, fait face à une pétition pour la fermeture de sa franchise. Car des boutiques comme celle-ci, il en existe plusieurs en France. « C’est un concept rigolo, on apporte du fun, de la bonne humeur » explique Taziana Jurdi, la créatrice de la franchise.

@quequetterie (Instagram)

>>> À lire aussi : Un atterrissage terrifiant pour un avion de ligne (Vidéo)

« Quequette » et « foufoune » : le festival doit cesser pour les habitants du quartier !

Malgré les bonnes intentions, les habitants souhaitent voir la boutique fermer le plus rapidement possible. « Les clients sortent dans la rue avec leur pénis dans la main » s’enrage Etienne Cazaban, habitant du quartier. Il annonce d’ailleurs qu’un « recours au tribunal est une hypothèse sur la table » . « Des polémiques comme ça, on s’en passerait ! Beaucoup de gens ont pensé que ça allait être ostentatoire mais on ne voit rien. Je me suis assuré qu’il n’y avait pas d’exhibitionnisme » relativise Stéphane Pabritz, adjoint au maire d’Angers.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Les mots de la mairie ne suffisent pas. Du côté des parents d’élèves, cette boutique peut être un danger et amener des déviances sexuels chez les jeunes enfants et adolescents. « La pornographie doit être réservée aux adultes » indique Mark Carrel, le président des Associations familiales catholiques du Maine-et-Loire. La boutique divise les habitants. Chez les jeunes interpellés par Le Parisien, la plupart estiment que le concept est novateur.

>>> À lire aussi : Brigitte Macron transsexuelle : Ce document qui révèlerait son autre identité

Source : Le Parisien