Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Il demande aux gendarmes de raccompagner une escort-girl pour ne pas lui payer le taxi

Publié par FJ le 12 Avr 2020 à 18:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Certains individus ont une notion de la galanterie bien à eux. C’est le cas de ce jeune homme qui a fait appelle aux gendarmes afin de ramener l’escort-girl qui l’accompagnait pour ne pas à avoir à lui payer le taxi.

gendarmes escort-girl taxi

>>> À lire aussi : Coronavirus : les gendarmes ardéchois lancent un drôle d’appel pour tester la marijuana ! (Vidéo)

Pas très galant !

Alors que la France fait face à une épidémie de coronavirus sans précédent, certains ne perdent pas le Nord. C’est le cas notamment de ce jeune homme vivant dans l’Essonne. C’est Le Parisien qui rapporte cette information pour le moins surprenante.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

En plein confinement, un jeune homme a fait appel à une escorte girl. Mais il semblerait que tout ne se soit pas passé comme prévu. En effet, arrivée chez lui, l’escort-girl lui aurait proposé plusieurs services, mais ces derniers ne lui convenaient pas. C’est pourquoi il a décidé de renvoyer la jeune femme chez elle.

>>> À lire aussi : Attention arnaques : des faux gendarmes verbalisent les automobilistes pendant le confinement (vidéo)

Une amende de 1500 euros encourue

Mais pour cela, il fallait que l’escort-girl reprenne un taxi. Elle a donc tout naturellement refusé de payer, demandant alors au jeune homme de lui payer. Ce qu’il a aussi refusé.

Il a donc fait appel à la gendarmerie, comme le rapporte Karine Lejeune, colonelle de gendarmerie de l’Essonne, donne le motif profond de cette sollicitation : “il considérait qu’il n’avait pas consommé, donc qu’il n’avait pas à payer”. 

D’autant plus qu’ils risquaient tous les deux une amende de 135 euros pour non-respect des règles du confinement. Et en plus, le jeune homme risquait 1500 euros pour achat d’un acte sexuel. La colonelle Lejeune rappelle que “la prostitution reste interdite, encore plus en confinement”.

>>> À lire aussi : Hérault : Alors qu’ils contrôlent les attestations, ces gendarmes font une découverte surprenante (Vidéo)