Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Les femmes enceintes bientôt remplacées par des utérus synthétiques ?

Publié par Charlène Deveaux le 25 Jan 2022 à 6:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est l’idée cocasse qu’à eu Vitalik Buterin, cofondateur et inventeur de l’Ethereum, la deuxième cryptomonnaie suivant le Bitcoin.

>>> À lire aussi : Les cryptomonnaies à suivre de très près en 2022, selon Investing

Des utérus synthétiques à la place des femmes

Mardi 18 janvier,  Vitalik Buterin, le créateur de l’Ethereum, a posté sur Twitter ce qui, selon lui, serait la cause ET la solution contre les écarts salariaux. En effet, selon l’informaticien, ces inégalités seraient causées par le « lourd fardeau de la grossesse » . Et pour palier la douleur physique et psychologique d’être une femme qui donne la vie, et qui, en plus, est moins payée que ses confrères, les hommes, le Russo-Canadien a une idée : remplacer la grossesse biologique par des machines autonomes qui permettraient d’enfanter.

Ce n’est ni une mauvaise blague, ni le synopsis d’un pseudo film d’horreur futuriste, mais simplement le fruit de l’imagination débordante d’un crypto-philanthrope milliardaire de 27 ans. Suite à son tweet, une vague de réactions s’est déferlé à l’égard du jeune homme. « Frérot, sors un peu de temps en temps » , pouvait-on voir, notamment, en commentaires. D’autres ont également tenu à rappeler au jeune homme que les écarts salariaux n’ont aucun rapport avec la maternité, mais sont liés à des facteurs tels que la moindre progression des carrières, la sous-représentation des femmes dans les postes de direction, ou même la ségrégation du travail.

malade mental

Des inégalités salariales qui perdurent cependant

Mais il est sympa au fond, Vitalik. C’est l’intention qui compte, comme on dit. Malheureusement, ni les utérus synthétiques ou même encore les spermatozoïdes en polyester (au point où on en est) ne vont changer la donne en ce qui concerne les inégalités salariales. En 2020, on observait même une augmentation avec un creux de 15 %, soit 2 % de plus que l’année précédente. Les femmes cadres ont gagné 46.000 euros en 2020, quand leurs collègues masculins récoltaient 53.000 euros. Ça fait une Dacia Sandero d’occasion de différence, quand même.

Et pour ne rien arranger, la crise sanitaire a « accentué les inégalités salariales entre les femmes et les hommes » , selon une étude de l’Apec de septembre 2021. Et pour creuser le trou encore plus profond, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a affirmé ce 19 janvier que « 10 % des salaires les plus élevés ont progressé 10 fois plus que les 10 % des salaires les plus faibles » , depuis 2008. Du coup, vous l’aurez bien compris, l’égalité des sous-sous, ce n’est clairement pas pour tout de suite.

>>> À lire aussi : Salaires : Cette bonne nouvelle pour 2022 qui vient de tomber

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0