Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Gendarme le jour, prostituée la nuit : La double vie d’une jeune femme de 21 ans

Publié par Charlène Deveaux le 29 Mar 2022 à 21:07
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La jeune militaire de 21 ans mène une double vie, entre ses journées à la caserne de la gendarmerie, et ses soirées rythmées par ses posts sur les réseaux sociaux.

>>> À lire aussi : Journée des droits des femmes : la police poste un tweet sexiste, les internautes sont fous de rage

Gendarme et prostituée

La prostitution, par définition, renvoie à un acte par lequel une personne consent habituellement à pratiquer des rapports sexuels avec un nombre indéterminé d’autres personnes et moyennant rémunération. Certains diront que c’est une pratique scandaleuse et à bannir, d’autres que c’est un métier à part entière.

C’est dans la deuxième vision que s’identifie une jeune femme de 21 ans, gendarme, et prostituée. L’histoire de cette militaire, relatée dans un article du Parisien, est pour le moins insolite, car si l’on sait que de nombreux Français cumulent deux jobs pour arrondir leurs fins de mois, il est pour le moins rare de voir cette pratique associée à l’armée. Et pourtant.

Ainsi, on apprend que « Cindy » (pseudonyme choisi par le média) alterne entre ses gardes la journée, et la garde de ses abonnés curieux sur les réseaux sociaux, la nuit. D’ailleurs, elle n’hésite pas à divulguer son identité dans ses clichés sulfureux où l’on voit clairement son visage. Concernant ses tarifs, Cindy les indique au bout de plusieurs messages échangés, en précisant en premier temps qu’elle est gendarme, comme si cela était un atout en plus, voire un critère sélectif pour sa clientèle. Puis, les prix : « 1 heure, 50 euros ; 2 heures, 100 euros ; la nuit entière, 250 euros » informe le quotidien.

femme gendarme

Contenu régulier sur Snapchat

C’est sur ce réseau social que la jeune femme livre ses prestations en ligne. Car en effet, comme elle a tenu à le préciser au Parisien, « les plans réels ne constituent pas l’essentiel de son activité intime » . En ce qui concerne l’autre partie de son business, « Cindy » se consacre surtout à du contenu vidéo, notamment avec des stories « très hot » , consacrées aux clients bénéficiant d’un « abonnement VIP » .

Pour pouvoir en disposer, il faut évidemment avoir en amont effectué un paiement, via PCS, des systèmes de cartes prépayées et rechargeables, sans nécessité de disposer d’un compte bancaire. Une manière pour elle, comme pour le client, de préserver, ironiquement, une certaine intimité, et surtout, de l’anonymat. D’ailleurs, elle affirme devoir « souvent changer de compte Snapchat » , car ils finissent toujours par être « supprimés par la plate-forme » .

>>> À lire aussi : Violée et séquestrée, elle est retrouvée par la police… grâce à Snapchat 

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0