Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Il se coupe le pénis et les testicules et n’a jamais été si épanoui

Publié par Claire JONNIER le 09 Mai 2019 à 3:15
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les faits se passent aux États-Unis, en Caroline du Nord. Trent Gates, un Américain de 23 ans a décidé de se faire retirer les testicules et le pénis pour devenir un « nullo ». Ni homme, ni femme, il se dit plus épanoui que jamais et coule des jours heureux avec son compagnon…

 

>> À lire aussi : Il s’injecte du silicone dans les testicules et meurt

Il se coupe le pénis et les testicules

En 2016, Trent Gates improvise une intervention chirurgicale visant à se retirer les testicules à l’aide d’un couteau en céramique ultra-tranchant. Il refait la même chose 1 an plus tard dans la chambre d’un motel en s’arrachant le pénis. Puis, il conserve le tout au congélateur et remet son « paquet » à sa mère afin qu’elle le jette à la poubelle…Et depuis, il est heureux ! Car il réalise son rêve de devenir un « nullo », à savoir une personne non binaire, attirée par les hommes.

«Honnêtement, je n’ai pas eu de problème avec la douleur. J’ai utilisé un peu d’agent anesthésiant, un peu de lidocaïne dessus, et j’ai pris cinq milligrammes d’oxycodène qu’ils m’ont prescrit quand j’ai utilisé mes couilles pour atténuer le risque.»

«Ils (les médecins) ont veillé à ce que je reçoive un traitement psychiatrique, juste pour m’assurer que j’étais sain d’esprit et que c’était une bonne décision. ‘Les thérapeutes et le personnel psychiatrique ont dit « Oui, oui, il est bon, il est sain d’esprit… miraculeusement. »

>> À lire aussi : Pour ne plus appartenir à un genre, cet homme tatoué de noir se fait retirer le pénis et les tétons

 

 Heureux sans pénis ni testicules

Très heureux de son choix, Trent Gates affirme avoir des relations sexuelles encore plus intenses qu’auparavant. D’ailleurs, il explique que pour la première fois, il a « presque perdu connaissance ». « C’était un intense orgasme. C’est un peu étrange. » Malgré cette procédure radicale, il est plus heureux que jamais et a surtout réussi à vaincre sa dépression.

« Je me sens plus heureux. Je me sens plus moi. Je me sens, je suppose, plus libre dans un sens. C’est un peu difficile à décrire. »  

« Plus que je suis censé être, au fond. Je me sens plus comme le moi que j’ai toujours senti que j’étais. »

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0