Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Reims : un étrange rituel à la maternité sème la panique !

Publié par Mélaine le 30 Sep 2018 à 14:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une jeune rémoise de 19 ans a été victime de menaces de mort par un groupe de personnes venu pratiquer un étrange rituel à la maternité.

 

Un étrange rituel

Une scène très étonnante s’est déroulée dans un chambre de la maternité du CHU de Reims, dimanche dernier. Une jeune femme de 19 ans qui venait d’accoucher a été aux prises d’un rituel vaudou.

 

Laura, la jeune mère, explique qu’un homme « qui faisait un peu sorcier » était venu rendre visite à sa voisine de chambre. Celle-ci, originaire de Guyane, se comportait d’une façon étrange. Très bruyante, cette dernière avait reçu la visite d’un groupe de huit personnes dimanche soir. Parmi eux, l’homme « qui faisait un peu sorcier ». Après avoir accompli « une sorte de rituel de plus en plus bruyant », l’homme, « qui avait l’air défoncé, les yeux lui sortaient de la tête » semblait menaçant.

 

« Au début ils parlaient normalement, puis de plus en plus fort, de plus en plus vite. Ils ont fini par hurler » . C’est alors que l’homme a commencé à insulter Laura.

 

Un rituel hors de contrôle

Insultée, la jeune femme prévient alors son mari, Thibaut, et sa belle-mère. Thibaut devra forcer la porte pour rentrer dans la chambre. C’est alors qu’il est pris à partie par l’homme. Ce dernier, alors que règne une confusion générale dans la chambre, frappe Laura d’un coup de coude à la tempe. Sa belle-mère explique ensuite qu’il a projeté le berceau, avec le bébé « contre le mur ».

 

Laura s’empresse alors de confier son bébé à une autre maman avant de sortir de la chambre.

 

Abonnez vous à la Newsletter TDN

« Une fois dehors, les gens de l’hôpital nous ont emmenés dans un bureau, au calme. Ils ont récupéré mes affaires, puis ils nous on mis dans une chambre individuelle ».

 

Une enquête est ouverte

Laura a bien-sûr porté plainte pour les chefs d’accusations suivants : menaces de mort réitérées, violence sans incapacité et violence sur mineur de moins de 15 ans. Lorsque la police est arrivée, la sécurité de l’hôpital avait déjà évacué le groupe.

 

Si la direction de l’hôpital n’a pas souhaité s’exprimer, on sait que la petite fille de Laura n’a aucune blessure, mais qu’elle a été très agitée suite à l’incident. Un signe de stress selon les services de l’hôpital.