Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Shopping en ligne : une addiction qui peut cacher une maladie mentale !

Publié par Leslie le 22 Nov 2019 à 6:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le shopping en ligne devient un véritable fléau auprès des internautes. Une addiction qui peut cependant cacher une maladie mentale, comme l’a prouvé le Docteur allemand Astrid Müller.

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : Une ancienne accro à l’héroïne dévoile son incroyable transformation en un an : un avant / après incroyable !

La suite après cette vidéo

L’addiction au shopping en ligne : un réel danger

Pour prouver ses résultat, le Docteur Astrid Müller, psychothérapeute de l’Ecole de Médecine d’Hanovre en Allemagne, a réalisé une étude sur 122 patients. Tous, souffrant d’une addiction au shopping en ligne difficilement gérable. D’après cette étude, ces personnes souffrent en réalité de troubles de l’anxiété et son exposées à un risque de dépression très élevé. Pour cette professionnelle, cette addiction est bel et bien une maladie mentale qu’elle a décidé de nommer : ‘buying-shopping disorder’ (BSD).

La suite après cette publicité

Le shopping en ligne peut devenir une vraie addiction

>>> A lire aussi : Jeux vidéo : des chercheurs ont trouvé un traitement contre l’addiction !

Une étude pour aider les addicts au shopping en ligne

Grâce à cette étude, le Docteur Astrid Müller souhaite aider ceux atteints de cette dépendance. « Nous espérons que nos résultats montrant que la prévalence de la dépendance du shopping en ligne parmi les patients atteints de BSD en recherche d’un traitement encouragera de futures études permettant de définir les caractéristiques phénoménologiques distinctes entre le BSD et la dépendance au shopping en ligne. », a-t-elle déclaré.

La suite après cette publicité

Elle a enfin conclu en expliquant que cette addiction peut « entraîner une perte de maîtrise de soi, une ‘détresse extrême’, d’autres problèmes psychiatriques, des difficultés relationnelles, des problèmes d’encombrement et d’endettement physique ».  

> En 60 ans, elle n’a jamais rien bu d’autre que du Pepsi : une drogue qu’elle commence au réveil

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.