Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Toute sa vie, il a détesté et ignoré sa mère à cause de son allure. Puis un jour, il a lu cette lettre et a fondu en larmes…

Publié par Notre Rédaction le 20 Juil 2016 à 16:19
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

« Ma mère n’avait qu’un œil, et je ne l’aimais pas. Elle travaillait à la cantine d’une école, elle servait la nourriture aux étudiants et enseignants, afin de subvenir à nos besoins, et j’avais honte d’elle.

 

Une fois, à l’école, elle est venue me voir pour me dire bonjour. J’étais tellement embarrassé. Comment pouvait-elle me faire ça ? J’ai décidé de l’ignorer et avant de partir, je lui ai lancé un regard odieux. Le lendemain, mes camarades de classe se moquaient de moi et disaient : « Beurk, ta mère n’a qu’un œil ! »

 

À chaque fois, je voulais au fond de moi qu’elle disparaisse, je ne savais plus où me mettre.

 

Je lui ai dit : « Si tu n’as que ça à faire de me faire honte devant mes amis, alors tu peux disparaître. »

 

Elle ne m’a pas répondu. Elle ne s’est jamais énervée.

 

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Je croyais que ma colère se calmerait, mais à l’époque, je me fichais bien de ces sentiments que j’avais envers ma mère.

 

Je voulais quitter l’école et la maison, alors j’ai tout fait pour réussir à décrocher une bourse avec de bonnes notes, j’ai eu la possibilité de partir étudier à l’étranger.

 

Je me suis marié, nous avons acheté une maison et fondé une famille. J’avais une vie heureuse, avec mes enfants et un quotidien agréable. Je ne voyais plus ma mère depuis des années et ne m’en portait pas plus mal.

 

Un jour, elle est venue nous rendre visite, sans me prévenir. Elle n’avait jamais rencontré ses petits-enfants.

 

Lorsque j’ai ouvert la porte, elle a effrayé les enfants, avant qu’ils ne se mettent à rire en la montrant du doigt. J’ai hurlé : « Comment oses-tu venir ici et effrayer mes enfants ? Va-t’en, maintenant ! »

 

Elle s’est excusée et est partie. 

 

Un jour, j’ai reçu une lettre pour une réunion d’anciens camarades de classe. J’ai dit à ma femme que je partais en voyage d’affaires. Après cette réunion, par curiosité, je suis retourné à notre vieille maison, où j’ai grandi. Mais les voisins m’ont dit qu’elle était morte. Je n’ai pas pleuré. Ils m’ont ensuite donné une lettre, qu’elle voulait que je lise.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

 

« Mon fils,

Je pense à toi tous les jours. Désolée d’être venue sans être invité et d’avoir effrayé tes enfants. J’étais heureuse de savoir que vous alliez avoir une réunion avec tes camarades de classe. Étant alitée, les chances sont minces pour que je te revoie. Je suis désolée que tu aies eu honte de moi toute ta vie, ce n’est pas ce que je souhaitais pour toi.

Quand tu étais tout petit, un accident horrible t’a pris un œil. L’idée que tu passes ton enfance avec un seul œil m’était insupportable. Alors, je t’ai fait don du mien.

J’étais fière que tu puisses découvrir le monde avec mon œil. Je n’ai toujours voulu que le bien pour toi, ne l’oublie jamais.

Je t’aime.

Ta mère »

Si rien ne nous permet d’affirmer que cette histoire est vraie, nous pouvons au moins retenir la leçon qu’elle donne : nos parents font souvent beaucoup pour nous et nous ne nous en rendons pas forcément compte. Leur dévotion peut être sans limite et ils ne méritent pas d’être ignorés… Prenez soin d’eux et réconciliez vous avez eux avant qu’ils ne disparaissent…ils sont nombreux à s’être sacrifiés pour que nous ayons une belle vie !

j