Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Dans cette tribu, les hommes se maquillent et se coiffent pendant des heures pour séduire les femmes

Publié par Nicolas F le 26 Avr 2020 à 21:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Chez les Wodaabe, les femmes sont reines et les hommes passent leur journée à se pouponner. En particulier à l’occasion de ce festival de l’amour et de la fertilité. Cette tribu nomade de l’ouest de l’Afrique attache une grande importance à la fête de Gerewol, durant laquelle les hommes font la cour aux femmes, en mettant en avant leurs dents blanches, leurs longs cheveux et leur maquillage. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, leur physique apprêté androgyne est aux antipodes des critères de virilité répandus en Occident. Les femmes jugent ensuite ces hommes, et elles passent la nuit avec celui qu’elles trouvent le plus attirant.

> À lire aussi : Deux nonnes italiennes reviennent enceintes de leur mission en Afrique

Les hommes veulent être les plus séduisants pour le  festival du Gerewol

Les hommes Wodaabe portent toujours un miroir sur eux, afin de se recoiffer et se remaquiller durant la journée. Pas question pour eux de laisser apparaitre leurs défauts. Leur apparence est plus importante que tout, et chaque matin, avant de s’occuper du bétail, ils appliquent du maquillage sur leur visage. Les critères de beauté par excellence, dans cette tribu nomade qui voyage entre le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad, sont les dents blanches, les yeux blancs et les longs cheveux. Pour accentuer la blancheur des dents et des yeux, ils appliquent du maquillage pour se colorer la peau et attirer l’attention sur les zones de la bouche et des yeux.

> À lire aussi : Un énorme pénis de 53 cm utilisé pour les rituels de fertilité découvert par des archéologues

Chez les Wodaabe, ce sont les femmes qui choisissent avec quel homme elles veulent passer la nuit

Une fois par an, lors du festival de la fertilité de Gerewol, les femmes sont à la fête. Elles s’alignent tel un jury et jugent les hommes qui se présentent à elles. Les hommes dansent pour elles, chantent et mettent en avant leurs atouts. Avant de se présenter, ils passent des heures à se maquiller l’un l’autre, à attacher des postiches sur la tête pour avoir la chevelure la plus longue possible. Leurs longs cheveux sont tressés, entremêlés avec des perles et les cheveux sur le front sont rasés à blanc, pour bien dégager le regard. Souvent mariés très jeunes, les hommes qui dansent pour les femmes ne sont peut-être plus célibataires. Mais cette tribu peu jalouse accepte que d’autres femmes soient séduites par leur mari et le choisissent pour coucher avec lui. Si l’homme est célibataire, il se peut qu’après la nuit, il reçoive une demande pour devenir son mari.

> À lire aussi : Clefs anglaises, couteaux, sabres, aiguilles, flèches… ils transpercent leur visage par dévotion religieuse

Une femme mariée prête volontiers son mari si une autre femme est attirée par lui

« Pour participer au Gerewol, les femmes doivent avoir eu leurs règles avant le festival. En effet, quand le choix est fait par les femmes, elles savent qu’elles vont avoir juste après une relation sexuelle dans les buissons avec l’homme qu’elles ont choisi, si l’homme accepte », explique le photographe Trevor Cole, un Irlandais du Nord, qui a visité le Tchad en septembre dernier et qui a ramené ces magnifiques photos que vous pouvez voir dans la vidéo. « Cela peut être une histoire d’une fois ou durer plus longtemps et mener au mariage. Les hommes peuvent avoir plusieurs femmes, et puisque les femmes font tout le travail, la deuxième et la troisième épouse sont acceptées par la première » étant donné qu’elles sont considérées comme des mains en plus pour aider la première lors des tâches quotidiennes.

> À lire aussi : Un Norvégien a tout quitté pour vivre pendant 3 ans au sein d’une tribu isolée d’Indonésie

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Crédits : Trevor Cole