Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >

« Six mois de prison pour viol ?! C’est cher payé pour 20 minutes d’action… » La réaction du père d’un violeur qui fait froid dans le dos…

Publié par Charlene le 07 Juin 2016 à 12:45
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La suite après cette publicité

 

Brock Turner est un étudiant de l’Université de Stanford. Ce dernier vient d’être condamné pour avoir commis un viol sur une jeune femme inconsciente lors d’une beuverie dans une fraternité d’étudiants. Explications.

648x415_brock-turner-etudiant-universite-stanford-condamne-six-mois-prison-agression-sexuelle-campus

La suite après cette publicité

Nous relevons ici quatre problèmes majeurs :

 

-Le viol de la jeune femme

La suite après cette publicité

-Le viol de la jeune femme inconsciente

-La réaction du père de Brock Turner (que nous évoquerons plus bas)

-La durée de la peine encourue

La suite après cette publicité

 

Au risque d’en faire enrager quelques uns, sachez, vous qui lisez cet article, que Brock Turner a été condamné à seulement 6 mois de prison. Agresser sexuellement une personne « intoxiquée » est considéré comme un viol en France (car c’en est un). L’état américain de Californie ne considère cela que comme une « agression sexuelle ». Cherchez l’erreur.

 

La suite après cette publicité

La réaction du père, Dan A. Turner, est encore plus consternante. Voici la phrase qui a enflammé le monde entier : « Ça fait cher payé pour seulement 20 minutes d’action« .

 

Voilà ce qu’on appelle plus communément la culture du viol. À ceux qui ne savent pas ce que c’est, en voici une définition très juste :

La suite après cette publicité

 

« La culture du viol véhicule des mythes sur le viol tendant à réhabiliter les agresseurs et blâmer les victimes. Les mythes sur le viol peuvent être regroupés en trois catégories : la négation ou minimisation du viol, la négation du non-consentement de la victime, ou le blâme de celle-ci.« .

 

La suite après cette publicité

Exemple probant : « Certes, elle a été violée, mais il faut dire que sa jupe était courte quand même… »

 

La réaction du père nous amène à comprendre un peu mieux le terrible geste de Brock, sans pour autant l’excuser. Nous reproduisons souvent le schéma parental. Comment voulez-vous qu’un jeune homme trouve anormal de violer une jeune femme quand papa minimise les faits et défend son rejeton ?

La suite après cette publicité

Brock a été chanceux, cette fois-ci. À en croire la légende, les prisonniers ne sont pas particulièrement cléments avec les violeurs… À suivre.

 

On veut vos réactions à chaud !

Source photo/vidéo : 20minutes