Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« Mon fauteuil c’est ma liberté » : Romain, alias Roro le Costaud, tétraplégique, a fait de son handicap une force (vidéo)

Publié par Gabrielle le 27 Juin 2021 à 18:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Romain, 35 ans, est devenu tétraplégique à la suite d’un accident de ski en 2012. Sapeur-pompier et sur le point de devenir papa au moment de son accident, Romain partage son quotidien sur les réseaux sociaux. Papa d’une fille de 8 ans et demi aujourd’hui, il a du se reconvertir et travaille au centre d’appels des pompiers

Découvrez son interview exclusive pour le Tribunal Du Net dans la vidéo ci-dessous.

>>> A lire aussi : « Elle a le triste surnom de maladie de suicide » : Diane, atteinte d’algie vasculaire de la face, se confie sur cette terrible maladie (vidéo)

L’acceptation de soi en devenant tétraplégique

Suite à une collision avec un skieur sur les pistes, Romain fait une mauvaise chute et a une fracture cervicale. Il devient tétraplégique et suit donc une rééducation pendant un an. A la suite de cet accident, son corps a changé et Romain a dû apprendre à s’accepter. Il explique que cela a pris du temps qu’il a « fait un travail sur lui-même » .

« Les gens voient le fauteuil comme quelque chose de négatif » , raconte Romain mais pour lui c’est tout l’inverse. « Mon fauteuil c’est ma liberté. Quand j’ai pas de fauteuil, là je me retrouve vraiment handicapé » . Il a du apprendre à accepter son image dans un fauteuil : « le fauteuil fait partie de moi » . Cela l’a aidé à ne pas porter d’importance aux regards des autres. Pour lui, le regard des autres n’est pas négatif, il est juste synonyme de curiosité.

« Drogué de sport » , cela lui a permis de se reconstruire. La pratique du sport enlève les barrières du handicap, il redevient un « sportif lambda » et « il n’y a plus de handicap » quand il fait du sport.

Romain a eu des hauts et des bas, notamment avec l’arrivée de sa fille. Il n’a pas pu être présent autant qu’il l’aurait souhaité à sa naissance mais aujourd’hui elle est sa principale force et source de motivation. Il ne voulait « pas que sa fille souffre du handicap » . Ils ont tous les deux une super complicité que l’on peut découvrir en vidéo sur TikTok et Instagram.

 

Un engagement sur les réseaux sociaux

Roro le Costaud a développé une vraie communauté sur les réseaux sociaux. Il cumule 154 000 abonnés sur Instagram et un million d’abonnés sur TikTok. Il fait preuve de beaucoup d’humour et d’autodérision en partageant son quotidien.

Il se lance d’abord sur les réseaux sociaux pour « se faire connaitre » lui et le handisport. Il espérait pouvoir financer un fauteuil qui était trop cher pour lui. Grâce à des sponsors et à des particuliers, son objectif a été atteint. Mais les réseaux sociaux ont fait bien plus, cela l’a aidé à accepter « son reflet dans le miroir » . Voyant que les internautes étaient réceptifs, il commence à raconter son quotidien. Après Instagram et TikTok, il crée sa chaine Youtube où il parle du handicap en partageant ses astuces, répondant aux questions de ses abonnés etc…

Grâce aux réseaux sociaux, il démonte les clichés du handicap au quotidien en utilisant l’humour. Il prouve aux autres que malgré son handicap, il peut travailler, conduire, faire du sport et bien d’autres choses.

Un message d’espoir

Le handicap lui a apporté beaucoup malgré tout, des rencontres, des partenariats… Romain a pu réaliser certains de ses rêves en « goûtant au monde de la télé » notamment. « Mon handicap je l’aime autant que je l’emm*rde » , comme il aime le dire, ce dicton résume bien son parcours.

Roro le Costaud veut faire un message d’espoir, peu importe les événements de la vie, on peut toujours s’en sortir. Il est convaincu que « on a tous la faculté en nous de se relever » après des épreuves. A travers ses réseaux, ses interviews, ses vidéos et ses conférences, il veut prouver à ceux qui ont un handicap qu’on peut quand même vivre et être heureux. Pour lui, la clé de l’acceptation et de la reconstruction, c’est la patience.

« Une fois qu’on a perdu quelque chose, on se rend compte à quel point ça avait de la valeur » , il faut savoir apprécier ce qu’on a au quotidien pour en profiter avant qu’il ne soit trop tard.

>>> A lire aussi : « Achète toi un fer à repasser et tu pourras peut-être te lisser la gu*eule » : Cécile, atteinte de Cutis Laxa, raconte sa vie avec cette maladie (vidéo)

0