Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« C’est plus simple franchement, c’est bouclé en quinze jours » : Afshi Rani nous raconte son mariage forcé (vidéo)

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 06 Mar 2022 à 7:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Afshi Rani est une professeure de danse Bollywood. Lors d’un voyage en famille au Pakistan où elle est née, elle pensait passer des vacances en toute simplicité. Mais elle s’est vite retrouvée au cœur d’un mariage arrangé orchestré par sa famille. Une épreuve qu’elle a affrontée seule et qu’elle raconte aujourd’hui à sa communauté sur les réseaux sociaux. Découvrez son interview exclusive par le TDN, dans la vidéo ci-dessous.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

>>> A lire aussi : « Si un homme dit tu es mal baisée, il admet qu’un certain nombre d’hommes sont mal baiseurs » : Dora Moutot, créatrice du compte T’as joui, dénonce le patriarcat sous les draps (vidéo)

Afshi Rani, victime d’un mariage forcé

« Si on faisait le mariage direct ? Non c’est plus simple franchement, comme ça vous n’avez pas à revenir au Pakistan […] Allez vient, on fait tout le mariage tout d’un coup, c’est bouclé en quinze jours » . Voilà comment Afshi, une franco-pakistanaise a subi un mariage forcé alors qu’elle se rendait dans sa famille pour des vacances.

Face à cette situation, la jeune femme a réussi à s’en sortir après un combat de plusieurs années. Un véritable parcours du combattant qu’elle a voulu partager en témoignant via ses réseaux sociaux. Une manière d’extérioriser son vécu. Une façon qui au départ n’était pas du tout son intention lorsqu’elle s’est lancée sur TikTok.

Une enfance à double culture

Afshi est née au Pakistan, mais elle a rejoint la France lorsqu’elle était encore bébé. Avec sa famille, elle s’installe et adopte rapidement la culture française. A la maison, la famille garde de nombreux aspects de leur culture pakistanaise et à l’école Afshi assimile de nombreux traits de la mentalité et des coutumes françaises.

Avec le temps et l’âge, les amis d’Afshi lui posent des questions sur certaines idées reçues. Ils vont notamment lui parler de la question du mariage forcé mais Afshi dit qu’il n’y a pas de soucis pour elle sur cette question à l’époque.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Afshi Rani (@afshi__rani)

Des vacances qui font basculer sa vie

Alors qu’elle a 25 ans, Afshi s’en va au Pakistan avec ses proches pour retrouver une partie de sa famille. Quelque chose de classique pour la jeune femme qui a déjà fait le voyage plusieurs fois auparavant. En arrivant sur place, tout se passe normalement. Mais après quelques jours un mécanisme va se mettre en place pour qu’elle rencontre un homme.

« Ok, je vais peut-être accepter de le rencontrer alors.[…] Ca ne te dit pas qu’on fasse des fiançailles, ça va plus vite. Allez vient, on fait tout le mariage tout d’un coup, c’est bouclé en quinze jours » . C’est comme ça qu’en quelques jours Afshi s’est retrouvé marié avec un homme qu’elle ne connaissait pas il y a un mois.

Un mariage qui tourne mal

« J’ai été prise par le chantage affectif, moi ce que je voulais c’était la fierté de mes parents. […] Je me suis mariée début septembre et après je suis rentré deux semaines plus tard en France, C’est là où j’ai découvert plein de choses » . Afshi a mis peu de temps pour se rendre compte que rien n’allait bien se passer dans cette union.

Elle s’est aperçue que son époux ne voulait pas de ce mariage et qu’il avait également été forcé à le faire pour ses parents. Il ne voulait pas faire d’effort pour améliorer la relation. « Il a tout fait pour que notre relation s’arrête mais que ce soit moi qui l’arrête en faisant du chantage. Il lui aura fallu trois ans pour que le divorce se fasse » .

La danse comme thérapie

Depuis toute petite, Afshi Rani adore la danse et particulièrement celle de sa culture indo-pakistanaise. Elle est alors devenue professeure de danse Bollywood en France. Elle a même pu ouvrir une école de danse avec le temps. Une passion qui a été depuis toujours un refuge face à ses problèmes du quotidien.

« Aujourd’hui, la danse pour moi, c’est une thérapie et un partage » . Une passion qui l’a menée à se lancer sur les réseaux sociaux. C’est alors qu’elle va danser sur ses vidéos. Ces contenus vont rencontrer un immense succès et c’est en interagissant avec sa communauté qu’elle va raconter son histoire et le mariage forcé qu’elle a subi.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Afshi Rani (@afshi__rani)

>>> A lire aussi : « J’ai toujours rigolé de mon handicap » : L’humoriste Quentin Ratieuville (Incroyable Talent) nous raconte son parcours de ses 21 opérations à son spectacle « Toujours Debout » (vidéo)

0