Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« Si un homme dit tu es mal baisée, il admet qu’un certain nombre d’hommes sont mal baiseurs » : Dora Moutot, créatrice du compte T’as joui, dénonce le patriarcat sous les draps (vidéo)

Publié par Romane TARDY le 24 Fév 2022 à 5:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La sexualité peut être un sujet tabou mais pas au TDN. Régulièrement, on vous propose des articles autour de cette thématique et nous avons également rencontré Dora Moutot, créatrice du compte Instagram T’as joui. Elle a répondu à toutes nos questions sur la sexualité féminine et sur son livre Mâle Baisées. Retrouvez cette interview exclusive dans la vidéo ci-dessous.

>>> A lire aussi : « Elle a le triste surnom de maladie de suicide » : Diane, atteinte d’algie vasculaire de la face, se confie sur cette terrible maladie (vidéo)

Dora Moutot dénonce le patriarcat sous les draps

Dora Moutot est journaliste et créatrice du compte Instagram T’as joui. Sur ce dernier, la jeune femme a voulu mettre en avant des témoignages de femmes pour savoir « si elles jouissaient souvent dans leur sexualité » . Elle s’est alors rendu compte que de nombreuses femmes n’arrivaient pas à atteindre la jouissance pendant un rapport.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par T’as joui? (@tasjoui)

La journaliste a voulu aller encore plus loin avec son livre Mâle Baisées. C’est la continuité du compte T’as joui « en beaucoup plus aboutie » . Elle a ainsi creusé pour croiser « féminisme et sexualité » tout en ajoutant des références historiques. Le titre est bien évidemment un jeu de mots et n’a pas été choisi au hasard. Pour Dora, cette « insulte » ne la blesse pas car elle estime que « si un homme dit tu es mal baisée c’est donc qu’il admet qu’un certain nombre d’hommes sont mal baiseurs » .

Elle a également choisi comme sous-titre : « Le livre qui dénonce le patriarcat sous les draps » . Ce qu’elle appelle le patriarcat sous les draps est un « système qui fait que souvent dans la sexualité féminine, il y a encore un système de domination masculine » .

Masturbation, orgasme féminin : des sujets encore tabous

Dans ce livre, elle évoque notamment la masturbation et l’orgasme féminin, sujets encore très peu abordés. Dora explique que la masturbation est extrêmement utile pour permettre aux femmes de se découvrir elle-même. Cela leur permet de connaitre leur corps et de pouvoir ensuite indiquer à leur partenaire ce qui leur fait du bien.

Toutefois, le tabou est bel et bien là. Pour Dora, ce silence est dû principalement aux moeurs et à la religion. « Pendant longtemps, on a dit aux femmes que les femmes qui se masturbaient étaient forcément lesbiennes » ou encore que « si elles se masturbaient, leurs lèvres allaient grossir » . Deux informations totalement erronées mais qui limitaient donc cette pratique sexuelle.

Pour l’orgasme, c’est un souci un peu différent. Les femmes auraient du mal « à réclamer ce qui leur est dû » . Toutefois, de nouveau, le manque de connaissances du corps féminin entre en jeu. Pour la journaliste, on ne parlait pas assez du clitoris qui est pourtant la zone la plus érogène. Sans sa stimulation, pour certaines femmes, l’orgasme est impossible.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par T’as joui? (@tasjoui)

Le porno, miroir de la domination masculine

Dora Moutot estime également que cette domination masculine est véhiculée par le porno. Selon des études, 80% des contenus comportent des violences physiques ou verbales envers les femmes. Elle est aberrée qu’on puisse trouver « en trois minutes, un porno où on voit une femme se faire pénétrer par un cheval et par un chien » . Une violence inouïe que tout un chacun peut facilement regarder.

Ainsi, les femmes semblent bien faire passer le désir des hommes avant le leur : c’est ce que Dora dénonce comme « l’éthique du care sexuel » . Les femmes seraient en fait habituées à prendre soin des autres notamment dès l’enfance avec une poupée. Elles le reproduiraient alors plus tard dans la sexualité en s’occupant beaucoup des hommes mais également en simulant un orgasme qu’elles n’ont pas.

La connaissance : la clé d’une sexualité épanouie

Pour lutter contre tous ces phénomènes, Dora appelle à se renseigner et à reprendre le pouvoir « par la connaissance » . Sans celle-ci, de nombreux complexes se dessinent chez les femmes car elles ont des idées préconçues : « Un des problèmes les plus fréquents c’est que les femmes sont très complexées de leur sexe parce que par exemple elles n’ont pas un sexe en forme de pêche, elles vont avoir des lèvres qui dépassent, l’anus qui n’est pas tout à fait rose... » .

Dora veut faire passer ce message aux femmes : elles ne doivent plus se vivre à travers le regard masculin et se donner le droit de dénoncer ou encore de réclamer. Tout simplement, il faut qu’elles s’accordent la liberté à laquelle elles ont droit.

Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à vous abonner au compte T’as joui ou à acheter le livre de Dora Moutot Mâle Baisées.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par T’as joui? (@tasjoui)

>>> A lire aussi : « Je me suis vu mourir » : Arnaud Gallais, victime d’un double inceste se confie sur ce traumatisme (vidéo)

0