Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Lifestyle

Vous allez vouloir lire l’histoire de cet ado poussé au suicide par sa petite amie

Publié par Nicolas F le 18 Avr 2017 à 13:27
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Bien connue des rédacteurs web, la technique du clickbait ou titre accrocheur, permet d’attirer le plus de lecteurs curieux. Tous les sites le pratiquent, y compris les très sérieux sites d’actualité, l’art d’écrire les titres peut vraiment faire la différence en terme de trafic. Mais le phénomène a des répercussions sur les habitudes des internautes, particulièrement des plus jeunes qui ont été formatés et habitués à ces techniques. On entre alors dans une sorte de cercle vertueux où le rédacteur s’adapte aux attentes des lecteurs, et en même temps, il habitue lui-même l’internaute à rencontrer ce genre de formulations. Partant de cette observation, une bibliothèque américaine a décidé de modifier le titre de grands classiques de la littérature afin d’inciter les plus jeunes lecteurs à lire des livres.

 

Quand les titres de livres deviennent accrocheurs

Tout l’art du titre accrocheur consiste à attiser la curiosité des lecteurs. C’est quelque chose qu’a compris la bibliothèque « The Wild Detectives », située à Dallas. Elle n’en est pas à sa première idée de marketing alternatif, puisqu’elle a déjà organisé des séances de lecture alcoolisée, pour se plonger dans l’atmosphère d’écriture de Hemingway. Elle avait aussi eu l’idée d’offrir des verres à tous ses membres qui invitaient des étrangers à venir partager un verre avec eux, dans le but d’ouvrir les esprits à d’autres cultures.

 

Roméo et Juliette (William Shakespeare, 1597)

Vous allez comprendre le principe du titre accrocheur. Par exemple, qui a envie de lire un livre vieux de 420 ans qui porte le nom de Roméo et Juliette ? Certes, ce livre est déjà connu de tous, mais qui l’a vraiment lu ? Par contre, s’il portait le titre de « Une ado piège son petit ami qui se suicide », on est sûr que plus de monde serait prêt à commencer la lecture.

(Facebook/thewilddetectives)

Frankenstein (Mary Shelley, 1922)

« Un médecin allemand devient le premier homme à effectuer une transplantation corporelle totale ».

(edition.cnn.com)

Le portrait de Dorian Grey (Oscar Wilde, 1890)

« Un jeune Anglais meurt en prenant un selfie »

(Facebook/thewilddetectives)

La lettre écarlate (Nathaniel Hawthorne, 1945)

« Elle se fait harceler parce qu’elle est une mère célibataire »

(Facebook/thewilddetectives)

Le Prince (Nicolas Machiavel, 1532)

« À côté de ce politicien italien Donald Trump est un saint »

(edition.cnn.com)

Le livre de la jungle (Rudyard Kipling, 1894)

« Enfant, il était ami avec un ours, ils se retrouvent des années plus tard »

(edition.cnn.com)

Le magicien d’Oz (L. Frank Baum, 1900)

« Sa maison a été détruite par une tornade, vous ne devinerez jamais ce qui va arriver à cette jeune fille du Kansas »

(edition.cnn.com)

Les voyages de Gulliver (Jonathan Swift, 1726)

« Un randonneur a vécu un voyage de l’enfer lorsqu’il s’est fait attaquer par une tribu qui lui lançait des excréments »

L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (Robert Louis Stevenson, 1886)

« Une nouvelle drogue transforme tous les Londoniens en violents psychopathes »

(edition.cnn.com)

Dracula (Bram Stoker, 1897)

« Ce Roumain a découvert quelque chose à propos de l’ail qui va vous provoquer des cauchemars »

(edition.cnn.com)

0