Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Lifestyle

Son fils voulait une poupée pour Noël….mais il ne s’attendait pas à recevoir un flot d’insultes homophobes sur la toile ! Écoeurant…

Publié par Notre Rédaction le 16 Déc 2016 à 11:03

À l’aube de 2017 oui oui…

L’homophobie et le genrisme se portent bien on vous remercie pour eux. Petit rappel avant de commencer : OUI, tenir des propos homophobes est interdit par la loi et passible de poursuites. Au même titre que le racisme par exemple. Cela ne concerne malheureusement pas encore tous les types de discriminations.

Alors aujourd’hui, on va vous raconter l’histoire d’un papa, Guillaume. Il a partagé une petite anecdote sur un moment avec son fils. En effet, alors qu’il préparait sa lettre au Père Noël, son fils qui voulait visiblement une poupée a été manifestement freiné par le fait que, dans les catalogues de jouets, les poupées se trouvent dans les pages roses. Pages roses = pages pour les filles !

Alors voici le tweet de ce papa :

 

Et puis voici les réactions engendrées par ce tweet :

 

 

 

 

 

Suite à ce déferlement de haine sur Twitter, Guillaume a rédigé un post sur Médium  :

« Cette année, il a 4 ans, c’est la première fois qu’il a vraiment fait sa liste de Noël, avec les catalogues. Je l’ai fait avec lui. Quand on est arrivé sur les pages en rose avec les poupées et autres jouets réputés “pour fille”. Il m’a demandé si c’était pour les filles puisque c’était en rose. Moi, j’ai répondu sans trop réfléchir “c’est plutôt pour les filles, mais tu peux très bien avoir ça si tu veux. C’est aussi pour les garçons”. Et il a tourné la page et on est passé à autre chose.

Quelques jours plus tard, le soir après l’école, on était à table, et avec une petite voix il nous demande “les poupées c’est pour les filles ?”. Là, j’ai compris qu’il voulait une poupée mais qu’il avait l’impression de pas avoir droit, à cause de son sexe. Donc avec ma femme on lui a dit que non, c’était pour tout le monde, et que s’il en voulait une, il suffisait de demander au père Noël. “Laquelle tu voudrais ?”. Sur son visage, sourire de soulagement, yeux pétillants, et il commence à parler de la poupée Reine des Neiges, ou de la Barbie Arc-en-ciel. Il avait gardé ça en lui. »

Ou encore

« Et depuis ce matin, je sais pas trop pourquoi, j’ai commencé à voir déferler une salve d’insultes et de propos homophobes. Je n’y prête strictement aucune importance, ça m’atteint pas, et je ne souhaite même pas qu’on les censure. Pour moi, c’est important que les cons puissent s’exprimer. Sinon on ne saurait pas que la connerie existe, ou pas à ce point, et on ne saurait pas quoi leur répondre. Donc, qu’ils s’expriment, qu’ils insultent. Tant mieux. Ca les rend visibles. »

« N’étant pas homosexuel, je n’ai jamais subi l’homophobie. Mais là, je l’ai vue de mes propres yeux, toutes les minutes ou presque, s’égrainer toute la journée sur mon écran Tweetdeck. J’ai aussi vu à quel point c’était « communautaire » et ça m’inquiète beaucoup. »

NDLR : il aura bien une poupée pour Noël ! 🙂

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.